Vous voici à la merci du Tyran...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nobuo Ogada - Votre professeur préféré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar




MessageSujet: Nobuo Ogada - Votre professeur préféré   Mar 24 Nov - 15:40

}} Identité



    ♦️Nom : Ogada
    ♦️Prénom : Nobuo [aka Nobu]
    ♦️Âge : Une trentaine d'années
    ♦️Date d’anniversaire : 12 Mars
    ♦️Camp : Partisans
    ♦️Occupation : Professeur de Biologie à l’académie
    ♦️Magie avantagée :
    L’élément de Nobuo est le feu, élément qui non seulement lui va très bien, mais qu’en plus il adore. Son pouvoir, c’est de modifier la constitution de certains atomes dans l’air, voir d’en synthétiser de nouveau, afin de créer des explosions plus ou moins importantes. Cette transformation s’effectue suite à un frottement mais uniquement entre les mains et les doigts de Nobuo. Malgré de nombreux essais, il n’a jamais réussi à se servir de son don avec d’autres parties de son corps. Ainsi, lorsque Nobuo frotte ses mains l’une contre l’autre puis qu’il les claques très rapidement contre une autre surface : cette surface explose. Si Nobu maitrise à peu prés correctement son don, il lui arrive, encore, de créer des explosions indésirées, de plus, hors-mis les petites pétarades, chaque utilisation de son don blesse ses mains. Plus il frappe fort après avoir frotté les mains, plus l’explosion est puissante et plus les dégâts sur lui comme sur la surface touchée sont importants, l’intensité de ses émotions joue également.



Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar




MessageSujet: Re: Nobuo Ogada - Votre professeur préféré   Mar 24 Nov - 15:45

}} Précisions


♦️Caractère♦️


    Puisque son enfance lui a été volée, Nobuo profite de son adolescence depuis l’âge de seize ans, il n’en est pas encore sortit. Cependant, il lui arrive de revêtir un comportement adulte et sévère, lorsque la situation le demande et particulièrement quand il s’agit de donner des punitions à ses élèves et de son implication dans la vie politique de Waterin. C’est bien la preuve que quelqu’un de sensé se cache quelque part. Rassurez-vous, il est plutôt rare que Nobuo fasse appel à cet aspect de sa personnalité. La plupart du temps il se comporte comme un gamin, puéril et immature à souhait. C’est peut-être ce qui fait son charme : cet alliage bien dosé d’insouciance et de sérieux.

    Le défaut qui pourrie le plus la vie de Nobuo, c’est cette tendance qu’il a, à agir sans se préoccuper des conséquences et d’être ensuite obligé de leur faire face. Très loin d’être un froid calculateur, Nobu fait ce que lui dicte son instinct, sans réfléchir. Il vit au présent et ne regarde pas souvent vers l’avenir, tout ça, c’est Kaori qui le fait pour lui. Aussi notre professeur peut se permettre d’être impulsif. Il lui arrive de se laisser dominer par ses sentiments, comme la colère ou le désir et de faire des choses totalement folles. En plus de ça, il est plutôt lunatique. Tantôt joyeux et heureux, tantôt froid et distant, tantôt très doucereux, vous ne saurez jamais bien quelle attitude adopter avec lui. Imprévisible ? C’est ce qui le rend si attirant, non ? Et agaçant aussi…

    Le plus agaçant, chez Nobuo, c’est sa curiosité maladive. S’il clame haut et fort qu’il s’agit là de la meilleure qualité qui soit pour un scientifique, son entourage déchante vite. Notre cher professeur veut toujours tout savoir. Les petits secrets, les petites histoires. Vous voulez qu’il s’intéresse à vous ? Cachez-lui quelque chose. Il remuera ciel et terre pour trouver tout ce que vous ne voulez pas qu’il sache et une fois ça curiosité assouvie, il vous oubliera complètement. Encore un des nombreux aspects de sa puérilité : Nobu veut tout. Comme un gosse qui veut un nouveau jouet, qui jouera quelques heures avec, probablement le casser, puis exiger un nouveau jouet, et bien, Nobuo fait exactement la même chose, pas avec des jouets, mais avec un peu tout. Ses projets par exemple, ses amis et parfois ses amours. Bien que depuis que Kaori est entrée dans sa vie, il se soit calmé. Mais pour combien de temps ? Ceux qui connaissent Nobu saluent peut-être la performance pour Nobuo de rester pendant si longtemps lié à une même personne, mais en même temps émettent de sérieux doute quant à la durée de cette relation.

    Il faut dire que non seulement c’est un homme qui aime séduire mais qui en plus est très doué pour cela. Les femmes plutôt âgées apprécieront ce manque de maturité qui leur donneront l’impression d’être en face d’un jeunot et les plus jeunes adoreront avoir prés d’elle un homme à la fois expérimenté, mystérieux, qui non seulement s’intéresseront à elles mais qui en plus partageront leur humour. Nobuo peut être un grand baratineur quand il veut, mais c’est surtout sa façon d’être taquin et joueur qui séduit. Bien qu’il soit d’ordinaire très franc, il lui arrive de mentir, notamment quand cela peut lui permettre de se glisser dans le lit d’une jolie fille. Le reste du temps, quand il a envie de dire quelque chose, n’importe quoi, il ne se gène pas, au mépris des conséquences, ce qui lui a déjà apporté quelques ennuis.

    En somme, Nobuo est quelqu’un de difficilement supportable, et sans compter sur ses autres petits travers : son addiction à la nicotine par exemple. Toujours une cigarette entre les lèvres, il est incapable de s’en débarrasser. Tout comme la caféine. Il boit des tas de café par jour et s’enfile des chewing-gum pour éviter que son haleine ne s’en ressente. Ajoutez à cela une très légère pyromanie ainsi qu’une indescriptible passion pour tout ce qui explose et brûle. D’où l’amour inconditionnel qu’il voue à son don. Ah, et j’oubliais, il y a quelque chose qui prend le pas sur tout, dans la vie de Nobu : c’est la soif de Potentiel. Il vendrait son âme pour un peu plus de magie, plus de feu, plus d’explosions, plus de puissance. Il n’y a rien au monde qui compte plus que ça à ses yeux.


♦️Physique♦️


    Vous aurez le plus grand mal à donner trente ans à Nobuo, certainement parce qu’il s’habille encore comme un adolescent. Que ce soit sa façon de s’habiller, de marcher ou de parler, tout montre clairement qu’il est un éternel gosse. Il faut dire que puisque sa candeur enfantine lui a été volée très vite, il a bien le droit de faire trainer son adolescence, non ?

    Plutôt grand, sans que ce soit vraiment notable, Nobuo a un corps athlétique, il aime le sport, fait des jogging tous les matins et se muscles régulièrement pour garder la forme et l’amour de sa fiancée (et aussi pour que les jolies filles continue de le mater, malgré les années qui s’entassent sur son dos). Cela fait des années que Nobu fait du sport tous les jours et les résultats sont bien visibles si vous avez un jour l’occasion de voir Nobuo torse-nu, il y aura de quoi se rincer l’œil, le professeur n’en est d’ailleurs pas peu fier. Son cou, plutôt long, donne naissance à une paire d’épaule bien carrées sans lui donner un air d’armoire à glace, assez cependant pour qu’on évite de trop le chercher. De ses bras on peut suivre les courbes de ses muscles, donnant une idée des heures de travail qu’il a fallut à Nobu pour se forger tout ça et la force qui va avec. Ses jambes restent musclés mais fines. Ses mains portent les marques des nombreuses fois où il a utilisé son don de façon un peu trop poussé, elles sont rugueuses et abimées ce qui n’est pas sans lui donner un côté viril. Nobuo essaye toutes sortes de remèdes miracles pour rendre ses mains plus douces, sans succès jusqu’ici. Il prote sur son corps de nombreuses cicatrices, son dos par exemple, n’est pas particulièrement beau à voir, les souvenirs des sévices que son père lui infligeaient sont marqués à vie. Ce sont de grandes cicatrices qui se sont distordues pendant la croissance de Nobuo. Il y a également une grande cicatrice de forme a peu prés circulaire, à l’endroit où, le jour du meurtre de sa mère, un homme avait coincé les mains du garçon.

    Loin de toutes ces petits détails, Nobuo reste quand même plutôt séduisant. Son visage est fin et son teint plutôt pâle, il n’est visiblement pas du genre à se dorer la pilule au soleil. Malgré les apparences, il est plutôt rat de bibliothèque que sportif, même s’il va consulter les archives en faisant son jogging, il ne sort pas souvent, ce qui explique son teint blafard qui ne paraît pourtant pas maladif comme l’était celui de sa mère. Nobuo ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé le jour de la mort de Leland Codall, mais ses cheveux blonds et ses yeux bleus ont perdu beaucoup de leur couleur, encore des souvenirs de ce jour qui a encore un goût amer dans les souvenirs de notre professeur préféré. Ainsi, Nobu a les cheveux blancs ou gris, enfin, ça revient au même. Cheveux lisses qu’il a plutôt long qui lui retombent un peu plus haut que la nuque et sur le front, parfois sur les yeux. Couleur de cheveux originale qui, en fin de compte, plait beaucoup au jeune homme, pour ce côté excentrique. Pour votre information, ses sourcils sont blancs aussi et c’est également le cas pour les poils poussant dans toutes les autres régions du corps de notre professeur adoré. Ses iris ont également subit une décoloration, du bleu brillant ils sont passés au turquoise argenté, très clairs, ils se détachent très bien de la conjonctive bulbaire.

    Un être assez curieux, en somme. Nobuo est le genre de personne qui fait changer les gens de trottoir dans la rue et ce n’est pas seulement à cause de ses cheveux. C’est sa façon de marcher. Cet air d’adolescence qui traine, vous savez, les vêtements trop larges, les mains dans les poches, le dos légèrement courbé, cette nonchalance qui cache une légère touche de « fais pas chier ou tu vas l’regretter, mon gars » et puis la clope entre ses lèvres fines. Nobuo fume beaucoup, il tousse beaucoup, aussi, mais ça fait partie des innombrables choses dont il ne peut se passer.

    Eternel adolescent, donc, vous le verrez principalement à sa façon de s’habiller : un jean large ou trop serré qui fait ressortir ses formes, au dessus desquels il aime porter des chemises de couleur blanche qu’il ferme n’importe comment (quand elles sont fermées). Il agrémente souvent ses vêtements de toutes sortes d’accessoires, comme une cravate dont la couleur varie en fonction de ses humeurs, desserrée, souvent, ce n’est pas de sa faute s’il n’aime pas se sentir attaché, il porte aussi des lames de rasoir autour du coup, où d’autres colliers avec des pendentifs divers et variés. Mine de rien, Nobuo est très soucieux de son apparence, c’est qu’il en faut pour plaire aux jolies filles. Il n’est pas rare qu’il porte bracelets et bague avec une très nette inclinaison pour les bracelets de force en cuir, noir, qui lui donnent un air viril. Il arrive que Nobu porte des mitaines, quand il fait froid, pour protéger ses mains déjà en sal état. Il est aussi friand de vestes en cuir, qu’il portera lorsqu’il devra fumer dehors dans le froid. Etant tout de même un adulte, il pourra arriver que Nobu se déguise en personne responsable lorsque la situation le demande, il revêtira un des traditionnel costume-cravate.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar




MessageSujet: Re: Nobuo Ogada - Votre professeur préféré   Mar 24 Nov - 15:49

}} Histoire



    ♦️Origines : Waterin
    ♦️Positions : Toutes S’il est du côté de Sund, Nobuo est plutôt neutre, a vrai dire, il s’en fiche. La politique, c’est pas tellement sa tasse de thé. Il est pour la dictature avant tout par intérêt. Il espère que Sund pourra lui permettre de gagner plus de Potentiel. Nobuo est prêt à toutes les bassesses pour cela. En second plan, il souhaite reprendre les recherches sur la façon dont la magie fonctionne avec le corps humain et compte sur Sund pour le fournir en cobayes. Enfin, poids qui vient définitivement faire pencher la balance en faveur de la dictature : Kaori, qui voue une haine sans merci à Gabriel Jewel et qui idolâtre Sund. Nobuo ignore pourquoi sa fiancée a ces opinions et il s’en fiche.

♦️Histoire ♦️


    L’un des premiers souvenirs qui s’inscrit dans la mémoire de Leland fut pour le moins…sanglant. Une amputation de bras. Il se voit encore, haut comme trois pommes, mettre l’avant bras dans un sac puis vomir, dans ce même sac.
    Depuis l’âge de huit ans, Leland suivait son père au travail. Le docteur Codall était un médecin et monarchiste convaincu, qui sélectionnait soigneusement ses patients. La petite famille vivait dans un appartement, richement décoré…On connaissait bien le fils du médecin, un enfant joyeux, toujours serviable et poli. Un véritable exemple à suivre, prédestiné à devenir médecin comme l’était son père. Si la candeur de Leland séduisait les dindes de la riche bourgeoisie, son père lui reprochait d’être trop mou et n’hésitait pas à « endurcir » son fils, à coup de ceintures, par exemple. C’était pour son bien, pour faire de lui un excellent médecin. Leland aurait pu passer sa vie à faire exactement les mêmes choses que son père, mais c’était sans compter sur les démocrates.

    Le docteur, après qu’on lui ai parlé de ce fameux mouvement royaliste, s’empressa de se joindre et à eux et de mettre ses dons de médecins en pratique pour faire parler les démocrates ou pour les tuer de façon particulièrement lente et douloureuse. Ses horreurs, le médecin les pratiqua sous les yeux de son fils, dont l’innocence et la gentillesse s’envolaient peu à peu, remplacés par une connaissance rarement égalée à cet âge du corps humain.

    Mais toutes les bonnes choses ont une fin, les belles années de complicité père-fils s’arrêtèrent brutalement, quand un soir, des hommes vinrent frapper à la porte de la maison où la famille Codall se cachait.


    ~


    Pour la quatrième fois en cinq minutes, elle se leva et marcha jusqu’à la fenêtre, pour regarder dehors, à travers le volet clos. A la pâleur que son teint avait pris, son fils pouvait se douter qu’il se passait quelque chose. Elle avait une sorte de sixième sens, quelque chose comme une intuition. Qui lui permettait notamment de savoir si son fils allait bien ou si une catastrophe arrivait. Il n’y avait rien d’inquiétant à ce qu’elle s’affolât, c’était la guerre et son mari se battait, il risquait sa vie a chaque seconde alors son intuition la prévenait sans cesse. Cette fois c’était différent, elle le sentait de chacun de ses membres. Il se passait autre chose. Elle se tourna vers son garçon, dans une volée de cheveux noirs, et ses lèvres rouges s’animèrent d’un doux sourire qui se voulait réconfortant. Il lui rendit et elle retourna s’asseoir et se remit à coudre pour la petite sœur qui poussait dans son ventre. L’adolescent quitta sa mère des yeux, pour recommencer à faire des étincelles en frottant ses mains. Cet événement étrange était apparu depuis quelques semaines, une fois, il avait fait un trou dans un mur en donnant un coup de poing dedans. Il l’aimait bien ce don.
    « Leland… »
    La magie, ce n’était pas la tasse de thé de son père, ça non. Il vallait mieux pour la mère, comme pour le fils, de cacher soigneusement leurs dons. Il faut dire que le Dr Codall n’avait jamais eu de don, à son grand damne. Leland soupira et recommença les exercices d’anatomie que son père lui avait donné avant de partir. On frappa à la porte. Silence.
    Le garçon vit sa mère jeter des regards dans toute la pièce tout en pâlissant, encore et encore, jusqu’à ce que son visage prenne une teinte verdâtre. Lui aussi pouvait presque la sentir, la mort qui s’approchait, doucement. On frappa encore, plus fort. Le garçon se leva s’approcha de sa mère. Elle le serra contre elle. Leland frotta ses mains l’une contre l’autre, c’est ce qu’il avait fait juste avant de faire exploser ce mur, par accident.
    Un coup violent et la porte céda, trois hommes entrèrent.
    « C’est une femme et un gosse. Occupez-vous en. Ça devrait pas être trop dur. »
    Les mains de Leland commençaient à lui faire mal, il les sentait comme bouillir, il accéléra le mouvement, ignorant la douleur. En bon scientifique qu’il était, Leland avait beaucoup étudié ce don, il avait passé beaucoup de temps à le tester, ce qu’il s’apprêtait à faire n’était qu’un test de plus, et il était pratiquement sûr du résultat.
    L’un des trois hommes s’approcha, un autre le retint par sa manche.
    « C’est juste une femme et un gosse…ils ont rien fait ! »
    « Tu sais qui ils sont au moins ? C’est la famille de ce ***** de médecin. Il va voir ce que ça fait, quand on vous prend votre famille ! »
    Là-dessus, l’homme le plus proche tendit sa main, une espèce de sphère rouge s’y forma. C’était le moment. D’un geste, Leland se jeta sur l’assaillant. Il plaqua la paume de sa main gauche sur le bras de l’inconnu et son autre main sur son visage. Il y eu deux détonations, et l’avant-bras du pauvre homme s’envola dans les airs. Les mains de Leland lui faisaient terriblement mal, il retourna vite contre sa mère, ses mains avaient explosé aussi, mais c’était moins grave que ce qu’il pensait, il pourrait toujours s’en servir.
    Une longue minute s’écoula alors. Une minute de stupeur, d’horreur. Le bras du type avait explosé, la moitié de son visage aussi. Ce don était le meilleur qu’on aurait pu lui donner. Malgré l’état de ses mains et le mal qu’elles lui faisaient, Leland ne pouvait pas détacher les yeux du cadavre. Ça, c’était cool, comme don.
    « Il vaut pas que son père ! TUEZ-LES ! »
    Leland frappa à nouveau dans ses mains, mais tout ce qu’il récolta, c’est une douleur un peu plus grande. Il ne se passait plus rien. Un homme attrapa sa mère.
    Non…
    Un autre plaqua les mains du garçon dans son dos.
    Il sentit un froid mordant l’envahir. On était en train de le geler. Il se débattit tout en cherchant sa mère des yeux. Elle était allongée sur le sol, on lui maintenant la tête par terre, elle gardait les yeux fermés, mais il vit clairement les larmes qui coulaient de ses paupières closes.
    Leland provoqua une nouvelle explosion, il sentit le choc dans son dos et dans ses mains. Il entendit le type qui le maîtrisait hurler lui aussi. Quelqu’un d’autre lui appuyer sur la tête. Il avait de plus en plus froid…
    Il allait mourir. A cause de son enfoiré de père.

    ~

    Il faut croire qu’Uen était du côté de Leland, parce qu’il se réveilla, seul, dans sa maison complètement détruite, à une poignée de mètres du cadavre de sa mère, nue, à la peau verdâtre et au ventre rond. Si Leland n’avait pas passé la moitié de son enfance à vomir, il aurait volontiers laissé sortir son chagrin, mais rien ne vint. Il resta longtemps à regarder sa mère, puis il se leva et chercha quelque chose pour la couvrir. Puis il s’en alla, en faisant de son mieux pour déplacer ce corps qui le faisait souffrir à chaque mouvement. Il ne tarda pas à arriver en ville, si la plupart des badaud l’évitaient soigneusement, il faut dire qu’il n’avait pas très belle allure, une vielle femme s’approcha de lui et quand elle lui demanda son nom, il répondit qu’il s’appelait
    « Nobuo Ogada »

    Et qu’il ne se souvenait plus de rien. Vu les actes de cruauté inouïe que son abruti de géniteur avait commis, il était pratiquement certain que le nom de Codall inspirerait du dégout, de la haine, il valait mieux changer de nom. Il valait mieux que tout le monde croit Leland Codall mort, pour éviter les représailles.
    Le jeune Nobuo se retrouva à l’orphelinat où il débita des études scientifiques, très tôt. Devenir médecin ne l’intéressait pas, parce que suivre les traces de son père lui donnait envie de vomir. C’était faire des recherches sur son don qui l’intéressait, approfondir les connaissances scientifiques sur la magie. Peut-être trouver un moyen scientifique de rendre son don plus puissant. Don qu’il apprit à maitriser soigneusement. Il apprit à maitriser son don qu’il affectionnait tellement. Après quelques années, ses recherches le poussèrent à reprendre, en secret, les notes de son père, notamment à propos des vivisections qu’il avait perpétré sur les démocrates.

    Au cours de ses recherches, Nobuo fit la connaissance d’une ravissante bibliothécaire, Kaori. Il essaya d’abord de la mettre dans son lit, pour l’ajouter à la liste de ses conquêtes, mais devant la résistance qu’elle lui opposait, il finit par en tomber amoureux. Ils vécurent une aventure discrète, avant de se mettre en ménage. C’est après trois ans de vie commune que Nobu demanda Kaori en mariage. Quelques temps après que Sund ait pris le pouvoir, donnant à Nobu l’espoir d’approfondir ses recherches et surtout, de gagner du Potentiel. L’apparition de ce don à fait découvrir à Nobuo une facette de lui dont il ne connaissait rien, la soif de magie, de Potentiel, comme un drogué qui a toujours plus besoin de poudre ou un Don Juan qui veut toujours plus de femmes, c’est la magie qui attire Nobuo.

    Nobu vient de décrocher un post de professeur de biologie, à l’académie, travail dont il avait besoin puisqu’il vivait au crochet de Kaori depuis deux ans. En attendant, le couple prépare son mariage, prévu dans six mois.



Je sais qu'il y a des fautes, je les corrigerais le plus vite possible.
Bon Anniversaire
Je vous fait de gros bisous
et je file en cours xD


Dernière édition par Nobuo Ogada le Ven 8 Jan - 20:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Misaki Kurohana

The Puppet.

avatar


Messages : 197
Expérience : 22
Magie : ♦️ Eléments ♦️ Eau, Vent.
♦️ Prédisposition ♦️ Empathie, Prescience, Chance.
♦️ Don ♦️ Annulation.
Localisation : ♦ Jamais bien loin de Gabriel.
Occupations : ♦ Etudiante à l'Académie, Résitance.
Humeur : ♦ Légère, la plupart du temps.


MessageSujet: Re: Nobuo Ogada - Votre professeur préféré   Mar 24 Nov - 19:02

Nyaaah !
Enfin >w<
C'est Gaby-chounet qui devrait être content !
Sauf que, étant privé d'ordi... u_u Tu n'auras pas ses plus sincères remerciements dans l'immédiat~

Je te valide !
Mais Gaby donnera son accord et déplacera sa fiche quand il passera.
M'enfin, je ne pense pas que ça puisse t'empêcher de RP.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Jewel

Sund - The Master.

avatar


Messages : 89
Expérience : 200
Magie : Absolute is mine.
Localisation : Aux côtés d'Uen.
Occupations : Contrôler, tromper, manipuler...
Humeur : Changeante.


MessageSujet: Re: Nobuo Ogada - Votre professeur préféré   Jeu 26 Nov - 9:17

    YOUHOUUUUUUUUUUUUUUUU*________*
    Merciiiii *____*
    * fait la fête en salle informatique du lycée*

    Ahem ^^"
    Comme tu le vois, je suis contente de te voir ici =D
    Pas de problème pour ta validation, au contraire !
    Je laisse ta fiche ici le temps que tu corriges les quelques fautes que j'ai vu vite-fait (notamment un " aime " au lieu de " haine " ) =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waterin.forumactif.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Nobuo Ogada - Votre professeur préféré   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nobuo Ogada - Votre professeur préféré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► Waterin ◄ :: ► Chute ◄ :: 
► Archives ◄
 :: ► Présentations d'ancien personnages ◄
-