Vous voici à la merci du Tyran...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gabriel Jewel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Jewel

Sund - The Master.

avatar


Messages : 89
Expérience : 200
Magie : Absolute is mine.
Localisation : Aux côtés d'Uen.
Occupations : Contrôler, tromper, manipuler...
Humeur : Changeante.


MessageSujet: Gabriel Jewel   Mar 3 Nov - 10:51

.
Identité


    ♦️Nom :Jewel.
    ♦️Prénom :Gabriel.
    ♦️Âge :21 ans.
    ♦️Date d’anniversaire : 17 décembre.
    ♦️Camp :A-t-on vraiment besoin de camp lorsqu’on fait partie des personnes les plus influentes de l’île ? Oui, justement. Gabriel a donc choisi de créer une résistance contre Sund, mettant sa vie en danger en le déclarant publiquement. Le seul problème, voyez-vous, c’est que, dans l’ombre, c’est également lui qui dirige l’île entière… C’est également lui qui s’est emparé du pouvoir.
    ♦️Occupation :Officiellement, il est très occupé avec la résistance : au départ, il avait bien voulu trouver un travail, à l’académie qu’il aimait tant, par exemple, mais, au final, il s’est bien rendu compte qu’agir ainsi était bien trop imprudent. Il se donne donc corps et âme à la résistance, sortant à l’occasion malgré les consignes de prudences qui devraient le pousser à rester cloîtré chez lui. Officieusement, il se charge de coincer tout le monde sur cette petite île.
    ♦️Magie avantagée :Le don de l’Absolution lui permet un pouvoir presque sans limites, si l’on exclue sa condition de simple mortel. Gabriel peut donc presque tout se permettre, et, grâce à un travail intense, repousse toujours plus loin ses propres limites. S’il vivra longtemps à ce rythme ? Peut-être pas… Il s’en rend bien compte, mais les autres ne semblent pas le réaliser, ou n’osent pas le lui dire… Alors, il s’en moque. Gabriel le résistant est suffisamment fort, d’après les gens qui croient en lui, pour supporter tout ce qu’il fait… Il se montre donc à la hauteur et ce, tout en finesse.


Précisions


    ♦️Caractère :

    La première chose marquante, chez Gabriel, est certainement son intelligence. On peut dire de lui qu’il est un génie, mettant la réflexion au centre de ses moindres faits et gestes. Il pense même que le hasard sert à ceux qui ne sont pas suffisamment intelligents pour s’en passer. Il ne faut pas croire, si une grande partie de cette intelligence lui est innée, il n’aurait jamais été tel qu’il l’est aujourd’hui s’il n’avait pas autant travaillé. Oui, il a toujours énormément travaillé, et ce, dans tout les domaines. Ainsi, il est devenu maître dans l’art de la dissimulation et ce, sans même avoir besoin de se servir de la magie. Cette célébrité locale a un ego plutôt surdimensionné, tant il a prit l’habitude qu’on lui dise qu’il est puisant, qu’il est le meilleur, etc. Mais ça, il ne le montre pas. En fait, il se prend presque pour un dieu, mais, si cela ressort merveilleusement bien quand il se présente comme Sund, il n’y en a pas la moindre trace chez Gabriel, qui semble être un modèle d’humilité. Orphelin, il n’a jamais eu de parents pour féliciter ses excellents résultats, et ne recevait rien de plus qu’un mélange d’admiration et de haine. Ainsi, il n’aime pas trop parler de son Potentiel et se montre beaucoup moins narcissique qu’il ne l’est en réalité.
    Il aime particulièrement tout diriger, d’où son ambition de prendre la tête de l’île, et juge juste qu’il commande ceux, ou les enfants de ceux, qui lui ont volé son enfance : à son sens, être naturellement doué lui a gâché la vie, car on attendait beaucoup de lui sans jamais de récompenser de ses efforts. C’était très dur à supporter. Il a néanmoins appris à beaucoup travailler, en quête de reconnaissance, et aime beaucoup apprendre de nouvelles choses ce qui, malheureusement, ne lui arrive presque plus. Il en est très déçu. Cependant, que personne ne se leurre là-dessus : Gabriel est très fier de ses pouvoirs. D’ailleurs, il sait très bien que, sans eux, il aurait pu faire une croix sur le sceptre et donc, sur le pouvoir. Les horreurs qu’il a commises pour atteindre ce dernier montre bien à quel point il est déterminé et prêt à tout pour atteindre ses objectifs : il pourrait même aller jusqu’à sacrifier sa fierté, chose qu’il n’a bien heureusement pas encore eu besoin de faire.

    Gabriel a cette faculté étrange de paraître chaleureux tout en restant froidement poli. Modèle de courtoisie, il se montre gentil et serviable, et ce, même sans profit, mais tout en conservant une barrière entre lui et les autres, car il reste un homme plutôt solitaire. Il peut également se montrer gentiment moqueur, taquin, avec les gens qu’il apprécie – ou semble apprécier. Beaucoup croient le connaître et, bien entendu, beaucoup se trompent. Par exemple, il aime beaucoup les choses compliqués, et n’aime pas réussir trop facilement : or, il y a une raison à cela. En effet, il aime réaffirmer sa supériorité en réussissant quelque chose de particulièrement difficile. Perfectionniste et maniaque, il ne supporte pas de s’arrêter au beau milieu d’un travail, et s’efforce de ne pas tout ranger avec un parallélisme inquiétant chez Sund : par contre, c’est le cas chez Gabriel… Sa pauvre colocataire… Enfin. Il n’essaye pas à tout prix de se démarquer de Sund, car a conscience que cela ne ferait qu’attiser les soupçons. Bien au contraire, il compte sur les détails pour manipuler les esprits. La manipulation est d’ailleurs un domaine dans lequel il se révèle très doué. Excellent orateur, il est aussi bien capable de jouer sur la corde de la raison que celle des sentiments. Parfois, il peut en passer pour une victime sans même le désirer, mais il ne dit alors rien car cela lui sert.

    Une dernière chose particulière chez Gabriel : sa façon de s’énerver. En effet, le jeune homme possède un sang froid impressionnant. Aussi, lorsque la colère le touche, il se montre clairement glacial et se ferme comme une huître. Il en faut vraiment beaucoup pour que monsieur se mette à s’énerver franchement, auquel cas il peut se montrer effrayant… Ou alors, il faut le provoquer entre le moment où il se réveille et celui où il prend sa douche. Ah, Sund aussi se montre bien moins patient que Gabriel : il est en quelque sorte un Gabriel plus libéré, moins modéré. Il se montre donc très moqueur, arrogant et même parfois agressif en tant que Sund. Gabriel a souvent l’air inquiet ou angoissé… Malheureusement, il s’agit souvent de faux-semblants, ou alors il s’inquiète quant à sa double identité. Un dernier mot ? Gabriel peut se montrer terriblement jaloux, c’est plus fort que lui : il a envie et besoin d’attention.

    ♦️Physique :

    Si Gabriel tente de se faire passer pour un ange, il ne fait aucun doute qu’il en a l’allure. Son visage aux doux traits a l'air si expressif qu’il ne semble pas vraiment capable de mentir, ou uniquement pour le bien de tous. L’air inquiet qu’il affiche si souvent depuis la prise de pouvoir tyrannique ne sert qu’à accentuer cette expression de douce innocence. Tout en lui inspire la délicatesse, et presque même l’étrange l’angélisme des personnes blessées et soucieuses.

    A travers ses yeux, on pourrait facilement croire pouvoir lire en lui comme dans un livre ouvert… Si c’est là ce que vous pensez, vous vous y fourvoyez. Preuve en est quand il exprime, de façon bien indirecte, je l’avoue, sa colère : son regard se gèle à cet instant, le rendant imprévisible et dangereux. Plus proche de sa vraie nature, en fait. Autre chose sur son regard, qu’il soit bouffée d’air glacial ou preuve évidente d’une adorable innocence, il se pose sur absolument tout avec une grande intensité, comme s’il pouvait lire en tout et partout. La raison en est aussi simple qu’évidente : qu’il soit Gabriel ou Sund, il sait très bien que l’avenir de l’île dépend de lui. Il n’a donc pas le droit à l’erreur et ne néglige jamais le moindre détail. Il sait que se montrer observateur, et parfois même calculateur, ne peut lui causer de tords. C’est pourquoi il ne voit pas l’intérêt de cacher son intelligence. Dernière chose sur son regard : outre la détermination qui y brûle constamment, il arrive qu’une toute autre flamme s’y allume. Cette flamme est le flambeau de sa colère la plus dévastatrice, si brûlante qu’elle parvient à faire fondre la glace dont il s’écharpe d’ordinaire. Croyez-le ou non, il vaut mieux ne pas être près de lui lorsqu’il s’énerve à ce point.

    Du reste, le charismatique résistant possède également des cheveux épais, d’un brun adorable, qui bouclent légèrement, comme pour ajouter à ses airs angéliques. De la même façon que pour le reste de sa personne, sa tignasse montre bien sa maniaquerie… Malheureusement pour lui, ses mèches ont bien des tendances rebelles – un peu comme lui, quand on y réfléchit – et il lui arrive de se battre des heures durant contre un misérable épi. Chose qui doit être très amusante pour sa colocataire… Rassurez-vous, en général, c’est lui qui sort vainqueur. D’une humeur de chien, mais vainqueur malgré tout.

    Du reste, le jeune homme, malgré sa taille fine, possède quelques forces… Pardon, j’ai dit taille fine ? C’est là un très léger euphémisme : sans non plus être un cadavre ambulant, Gabriel n’a cessé de mincir depuis la prise de pouvoir despotique, car il a perdu l’appétit tout en se dépensant un peu plus qu’auparavant. Il se débrouille pour faire passer cette perte de poids comme une traduction de son anxiété, qui s’ajoute à ses sourcils froncés lorsqu’il réfléchit, alors qu’il ne s’agit que d’une forme de culpabilité dont il n’a pas vraiment conscience. Être sensible malgré les horreurs qu’il a commises, s’il est heureux d’avoir prit le pouvoir, et que ses méthodes sanglantes ne lui ont alors pas déplues, il s’en veut sans trop s’en rendre compte d’avoir détruit ces vies. C’et là son plus grand paradoxe. Autre chose qui lui coupe l’appétit, la peur qu’on le démasque : bien qu’il trouve cela excitant, palpitant à souhait, il vit dans l’angoisse perpétuelle que les gens comprennent enfin qu’il est Sund.

    Enfin, je disais donc qu’il avait quelques forces physiques en réserve. L’air de rien, dans sa finesse, vous vous tromperiez en vous imaginant le battre facilement : certes, il ne sortirait pas forcément vainqueur, et il ne pourrait jamais rivaliser contre un colosse. Néanmoins, il s’entraînait un peu, lorsqu’il en avait le temps, au corps à corps, car, en plus de s’ennuyer à mourir, il craignait ce qui pourrait neutraliser sa magie… Aussi faut-il se méfier de l’eau qui dort, avec un Gabriel pareil… Enfin, pour ce qui est de ses vêtements, le jeune homme conserve une sobriété classe. Surtout, jamais vous ne le verrez mal habillé, avec des vêtements tâchés ou mal repassés. Non, une fois de plus, cela montre bien à quel point il est maniaque et il n’hésite pas à user de la magie pour rester impeccable. Son obsession de l’ordre et telle qu’il ne supporte pas la moindre petite tâche, et qu’il a grand mal à se retenir de corriger les gens qui l’entourent aussi…



Dernière édition par Gabriel Jewel le Jeu 5 Nov - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waterin.forumactif.com
Gabriel Jewel

Sund - The Master.

avatar


Messages : 89
Expérience : 200
Magie : Absolute is mine.
Localisation : Aux côtés d'Uen.
Occupations : Contrôler, tromper, manipuler...
Humeur : Changeante.


MessageSujet: Re: Gabriel Jewel   Mar 3 Nov - 11:41

Histoire


    ♦️Origines : Waterin, Yol pour Gabriel. Quant aux origines de Sund, elles sont tenues secrètes…
    ♦️Position :Sa position ? Devant tout le monde, Gabriel est l’image même du meneur, courageux et charismatique, luttant contre l’oppresseur qui a ré-instauré le régime même à cause duquel ses parents sont morts… En réalité, il est lui-même l’oppresseur, et s’amuse beaucoup à tromper tout le monde.
    ♦️Histoire :

    Al et Lia Jewel formaient, pour la plupart des gens, le couple idéal : la femme était un exemple de bonté et travaillait bénévolement à l’Orphelinat avec Monsieur Lowy lorsqu’elle en avait le temps. L’homme était également d’un altruisme exceptionnel, siégeant au Conseil et n’abusant jamais de sa grande influence auprès des autres Watériniens. Et il suffisait de voir comment ils se regardaient pour comprendre à quel point ils s’aimaient… Les premières années de Gabriel furent donc digne d’un splendide conte de fées : il fut choyé sans être trop gâté, et éduqué selon des idéaux de politesse et de générosité rares. Malheureusement, il faut à tout conte de fées son Grand Méchant Loup, et celui de Gabriel surgit, non pas des buissons d’une forêt sombre, mais des flammes d’une explosion mortelle, alors que le petit garçon n’avait que six ans.

    Ce jour-là, ses parents l’avaient envoyé jouer chez un camarade, qui habitait à quelques mètres de là seulement. Le boucan que provoqua cette fameuse explosion n’échappa bien entendu pas aux deux petits garçons, qui se précipitèrent dehors, après avoir lourdement insisté auprès de la mère de l’hôte pour qu’elle les autorise à aller voir ce qu'il se passait. Et quand Gabriel vit sa maison en proie aux flammes, il ne comprit pas tout de suite. Pourquoi ses parents n’étaient pas là pour éteindre l’incendie et le rassurer, lui dire que ce n’était pas grave ? Ce fut un homme, qui avait souvent dîné chez eux, qui lui apprit la triste nouvelle. Gaby était déjà un enfant intelligent, aussi n’eût-il aucun mal à comprendre ce qu’il était advenu à partir du moment où l’homme lui dit qu’il était désolé. La vérité lui fit terriblement mal. Il hurla, pleura, tenta de se libérer de l’emprise de cet homme pour aller chercher ses parents au cœur même du feu… Jamais il n’avait encore connu pareille douleur et, malheureusement, ce ne serait pas la dernière fois que son cœur se briserait. Mais ça n’est pas ce qui nous intéresse, pour le moment. Le conte de fées s’était brutalement arrêté. Le bûcheron n’était pas là pour éliminer le Grand Méchant Loup et sortir les victimes, saines et sauves, de son gosier. Les fées avaient fini par laisser place à la réalité.

    L’enfant était inconsolable. On essaya bien de lui parler, mais il se mettait alors à hurler à s’en briser la voix, et couvrait donc celles des autres. On décida donc de l’enfermer dans une salle, à l’Orphelinat, sa nouvelle maison, en attendant qu’il se calme. Et lui continuait à hurler et à pleurer, inlassablement : dans cette pièce, son sentiment de solitude désespérée s’était accru. Mais, contrairement à ce que tous croyaient, il n’était pas seul : dans la grande armoire, à l’autre bout de la pièce, était cachée une jeune fille de neuf ans. Elle jouait à cache-cache avec les orphelins. Il l’avait déjà vue, de temps en temps. Elle venait avec l’homme qui lui avait appris la terrible nouvelle.
    Sakura s’avança vers l’enfant, qui continuait à extérioriser son désespoir de la même façon bruyante qu’auparavant, prenant à peine le temps de respirer. Et puis, délicatement, elle s’assit à côté de Gabriel et lui saisit la main. Sans un mot. Ce simple geste lui permit de se calmer, progressivement. Elle ne le lâcha pas, l’apaisant par sa simple présence. Il avait la sensation qu’elle seule avait compris le désespoir dans ses cris et dans ses larmes. C’est ainsi qu’il commença à l’aimer.

    Au début, il la suivit beaucoup, tentant de voir ce qui lui plaisait, qui elle appréciait, bref, de mieux la connaître. De temps à autres, il se mêlait à ses jeux avec les autres enfants. Mais elle devint vite son unique obsession, presque sa raison d’être, au point qu’à neuf ans, il avait déjà développé un côté très solitaire, préférant l’observer que jouer avec ses pairs, mais sans pour autant repousser les gens. Aussi, il remarqua vite qu’elle s’intéressait beaucoup plus aux garçons plus âgés que lui, plus doués en magie, aussi, alors qu’il n’avait jusqu’alors fait preuve d’aucun don particulier. Pour lui plaire, il se mit donc à travailler d’arrache-pied, désespérant en la voyant s’éloigner de l’Orphelinat. Il tenta de mener chaque chose qu’il faisait jusqu’à la perfection. Et quelle fut sa joie alors que, se révélant de plus en plus puissant, elle se tournait de nouveau vers lui, et venait lui parler non par obligation mais parce qu’elle le voulait bien ! Très vite, il pris beaucoup d’avance sur son programme scolaire : l’enfant prodige était en marche. Il complétait ainsi un vide dont il n’avait jusque là pas conscience. Assoiffé de connaissances, il étudiait presque autant pour lui même que pour Sakura, et s’intéressait à tout et à n’importe quoi. A quatorze ans, il avait déjà dépassé la plupart des élèves des années supérieures, à force de travail acharné. Mais ses efforts ne furent pas vraiment reconnus : ses parents étaient très doués, eux aussi, il était donc normal que leur progéniture suive leurs voies.

    Gabriel ne s’en formalisa jamais. Il avait maintes fois entendu parler de ses parents, et l’adoration avait fait place à l’adulation. Il les aimait comme des légendes. Et, même après tout ce qu’il fera par la suite, il continuera à les admirer ainsi. Mais passons donc à ce qu’il fit, qui était tellement opposé aux idéaux des Jewel… Et à son élément déclencheur. Gabriel, à seize ans et dépassant magiquement parlant déjà la plupart des gens de l’île, avait bon espoir de séduire Sakura, qu’il n’avait jamais cessé d’aimer. Il avait, au fil du temps, cessé de la suivre partout, mais l’aimer, jamais. Il la cherchait partout, ce jour-là. Il ne savait pas du tout ce qui l’attendait. Bien entendu, il n’ignorait pas qu’elle avait un petit-ami. Mais il l’évincerait de son cœur sans problèmes, pensait-il. Or, lorsqu’il la trouva enfin, elle était avec lui. Ils ne le virent pas, et continuèrent à discuter. Il lui confia que, si elle continuait à accorder tant d’attention à Gabriel, il allait finir par être jaloux. Il le disait visiblement sur le ton de la plaisanterie, mais elle le prit au sérieux. Et ses mots brisèrent une nouvelle fois le cœur de Gabriel. Elle ne s’intéressait à lui que pour son pouvoir, son potentiel… Il l’avait entendu de sa bouche. Désespéré, il ne rentra pas à l’Orphelinat. Non, il resta dehors des jours entiers. Il avait besoin d’une solitude que le bâtiment dans lequel il vivait depuis dix ans déjà ne pouvait lui offrir. Ce n’était pas la première fois qu’il sortait sans prévenir mais, d’ordinaire, ses escapades passaient inaperçues. Mais ne plus avoir signe de vie du prodige de l’île pendant plusieurs jours ne pouvait passer inaperçu. On le chercha partout, mais ne le trouva jamais.
    Ce fut lui qui rentra, de son propre chef. Personne ne sut jamais où il était allé. Et personne ne remarqua non plus le changement qui s’était opéré en lui. Il faut dire qu’il le cachait avec beaucoup d’habileté. Il continua à parler à Sakura comme avant mais, de sa blessure, l’Amour s’était mué en Haine. Il fit encore des progrès surprenants, après cela. Il repoussait toujours plus loin ses propres limites, attitude qu’il continuera à adopter à l’avenir. Peu à peu, les gens s’éloignèrent de lui, l’admirant de manière craintive, et le laissant de nouveau seul. A moins que ce fusse lui qui s’isole et qui se sentait seul, bien que ce ne fut pas le cas. C’était, à vrai dire, certainement un peu des deux.

    De l’autre côté du miroir, Gabriel fit comme s’il se laissait enrôler dans une organisation de Syas noirs. Il avait des objectifs, et ne pourraient les atteindre qu’en étudiant toutes les facettes de la Magie et de son Potentiel. C’est à ce moment qu’il prit le nom de Sund. Il n’y avait qu’une personne, celle qui se vantait de l’avoir convaincu de se joindre à sa cause, qui connaissait sa véritable identité. Peu à peu, il s’éleva dans la hiérarchie de ce groupe, mais ne monta jamais jusqu’à la première place. Pour lui, atteindre cette place équivalait à montrer clairement ses ambitions. Et, surtout, il refusait d’atteindre ses ambitions avec cette organisation. Il serait seul, à ce moment. Non, il se servait de ces Syas, sans qu’ils s’en doutent, les manipulait pour atteindre ses objectifs… Ce qu’il fit d’eux une fois ceux-ci atteints ? Et bien, il les tua, tout simplement. Ils n’étaient plus utiles, et Gabriel craignait qu’on remonte jusqu’à cette origine pour Sund, et qu’on fasses le lien avec lui-même. Oh, au départ, il s’en moquait un peu, à vrai dire : seulement, ces syas n’avaient jamais désiré prendre le contrôle de l’île. C’était la plus grande différence entre eux et leur assassin, qui les élimina l’été de ses vingt et un ans de crainte que le secret de son identité se soit étendu au cœur de cette organisation., ou qu’ils aient découvert ses motivations et décidé de l’en empêcher, ou encore de prévenir les autres habitants.
    En ce même mois d’août, il fit la connaissance de Misaki. La prenant au départ pour Sakura, il ne tarda pas à se rendre compte de son erreur et invita la jeune fille à prendre quelque chose avec lui. Il avait un peu travaillé, avant cela, et l’argent qu’il avait ainsi gagné ajouté à l’héritage reçu de ses parents faisait qu’il avait une certaine fortune. Avouons-le, il y a deux choses qui attirèrent l’attention de Gabriel concernant Misaki : le fait qu’elle ressemble tant à la personne qu’il avait aimé si longtemps, bien entendu, mais aussi qu’il ne puisse lire dans ses pensées. Il n’avait jamais tenté de le faire avec Sakura, jugeant qu’il serait sacrilège de s’approcher autant des pensées de la demoiselle. Le don de Misaki l’intriguait donc. Et puis, après avoir passé une soirée plutôt bonne, le jeune homme, apprenant qu’elle n’avait nulle part où aller, n’hésita plus : il l’invita à vivre avec lui. Elle lui avait fait, il faut le dire, bonne impression. Et sa maison manquait de vie, pour lui qui était habitué à observer les orphelins lors de son temps libre. Alors, au moins avant qu’il ne s’empare du sceptre sacré, il aurait un peu de compagnie… Mais ce fut la présence de Misaki qui finit par le décider. L’idée germa dans son esprit, à force de vivre avec elle : il avait fait semblant tant de temps… Et s’il continuait ? Et s’il prenait le pouvoir au nom de Sund, et continuait à jouer les innocents en tant que Gabriel ? L’idée de former une résistance lui vint peu après. Non seulement cela se révèlerait follement distrayant et tromperait son ennui, mais, qui plus est, son emprise sur Waterin serait ainsi complète… Oui, cette idée ne quitta pas son esprit, et c’est ainsi qu’il se décida à instaurer sa monarchie sur l’île.

    La suite, vous la connaissez. Gabriel prit donc le pouvoir en septembre, s’emparant du sceptre d’Uen dans le sang. L’imprévu de ce moment fut la présence de Sakura sur les lieux. Il la garda dans ses cachots quelques temps, le temps de comprendre comment et pourquoi elle avait su qu’il était Sund. Sa double identité ne s’ébruita pas, et Gabriel Jewel forma la Résistance, au début du mois d’octobre.
    Sund avait un objectif, cependant, car une tâche demeurait à son commandement : il devait retrouver le testament de Sakura, et le détruire.


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://waterin.forumactif.com
     

    Gabriel Jewel

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    ► Waterin ◄ :: ► Prémices ◄ :: 
    ► Registre ◄
     :: ► Présentations ◄ :: ► Présentations Validées ◄
    -