Vous voici à la merci du Tyran...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire ♦ L' Appel à la Résistance de Gabriel Jewel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Jewel

Sund - The Master.

avatar


Messages : 89
Expérience : 200
Magie : Absolute is mine.
Localisation : Aux côtés d'Uen.
Occupations : Contrôler, tromper, manipuler...
Humeur : Changeante.


MessageSujet: Histoire ♦ L' Appel à la Résistance de Gabriel Jewel.   Lun 19 Oct - 17:52

    Le premier Octobre…
    Une date décisive.

    En plus d’annoncer le début d’un nouveau mois, cette date serait le symbole d’une nouvelle ère. Celle de la résistance. Ce nouveau mouvement allait être mis en place. Partout, dans toutes les auberges, sur les murs de la ville, la même affiche, le même message, encore et toujours. Un message qui pouvait être à la fois porteur d’espoir et de déception. Pour certains, cela ne serait considéré que comme de vulgaires élucubrations. Pour d’autre, cela serait le début d’une nouvelle existence.

    « Watériniens, Watériniennes, le premier octobre, à quatorze heures, Gabriel Jewel vous convie sur la Place Publique. »

    Un discours. C’était ce qu’avait prévu le prodige de Waterin. Un magnifique discours, qu’il avait consciencieusement rédigé auparavant. Un discours pour ébranler les plus hésitants, soutenir les plus véhéments, parvenir à diffuser le souffle de la révolution dans l’âme de chacun.

    Encore cinq minutes, et deux heures de l’après-midi sonneraient. Plus que cinq petites minutes et déjà, les gens commençaient à arriver, pour la plupart intrigués. Qu'était-ce discours ? Ils le sauraient bien assez tôt. Il y avait quand même une minorité des individus qui attendait, certains de ce qui allait se dérouler sous leurs yeux, ou en ayant plus ou moins une idée. Des personnes motivées, songeait le jeune homme, qui pourraient très vite être les piliers de la Résistance.
    Gabriel installa les sorts qui lui permettraient de se faire entendre de tous sans exception, celui d'amplification de sa voix par exemple, avant de se diriger d'un air tranquille vers la statue d’Uen, en monta sur le piédestal. En d’autres circonstances, son geste aurait paru quelque peu honteux : il osait se tenir là, contre le monument, caressant du bout des doigts l’épée de pierre brandie près de lui. Néanmoins, ce symbole en lui-même était indispensable pour intensifier l’impact de son futur discours.

    Quatorze heures.
    La place fut envahie quelques instants par le lourd tintement du clocher, glas de la sentence. Le jugement de la Déesse.
    Il allait se confronter au peuple, ou plutôt leur parler, à tous. Il était temps d'afficher ses positions. Bien sûr, ils ne les pensaient pas vraiment, mais qu'importait ? Tous le croyaient. C'était là l'essentiel. D'une voix calme et triste à la fois, suffisamment forte et renforcée pour être entendue de toute la ville, il commença à réciter son discours.

    « Waterinniens, Wateriniennes. L'heure est grave. Certains s'en souviennent peut-être, il y a quinze ans, des royalistes ont assassinés vos parents, enfants, époux, épouses ou amis proche. Personne ne peut oublier une telle chose. Toutefois, je doute que chacun d’entre vous se souvient du commencement. Car, la guerre civile fut déclenchée par l’assassinat de deux honnêtes citoyens, fervents adorateurs de la démocratie, lors d’un attentat : Al et Lia Jewel… Mes parents. Finalement, les Conservateurs ont réussi à exiler les fauteurs de trouble. Mais aujourd'hui, l'histoire s'est répétée. Le 18 Septembre dernier, un dénommé Sund, venu d'on ne sait où, à tué tous les membres de l'Assemblée Générale, dans le seul but de s'approprier le pouvoir. Et il est parvenu à ses fins. On n'ignore tout de lui et de ses projets, on ne sait donc pas pourquoi il a volé le sceptre sacré d'Uen, notre bien aimée déesse de la Justice. Mais notre gouvernement, tel qu'il était, à disparu. C'est une certitude. Nous devons désormais obéir à ce parfait inconnu, sans savoir ou cela nous mènera. »

    Ceci n'était qu'une simple constatation, des faits, bien que l'on puisse deviner la suite de ce discours. Quoi que. On pouvait encore douter. Il laissa planer le silence, comme tous les bons orateurs, avant de reprendre. La voix toujours emprunte d’une certaine tristesse, mais plus ferme, laissant paraître ce sentiment de révolte qui devait s’attiser dans chacun des cœurs.

    « En tenant de tels propos, je sais que je mets ma vie en danger. Mais je refuse de laisser les choses telles quelles. Je m'oppose fermement à la Dictature de Sund. Nous sommes Libres, Watériniens, libres de choisir notre façon de vivre, de choisir nos dirigeants, nos destins ! Je défendrais jusqu'au bout le régime pour lequel mes parents sont morts. Je dispose déjà d’une personne à mes côtés, que je ne nommerais pas pour préserver sa sécurité, mais qui se trouve dans cette foule, qui sera mon bras droit en toute circonstance. Sachez que mon seul but est de rétablir le Gouvernement tel que nous l'avons toujours connu. Seul, la lutte est impossible. Ensemble, nous serons à même de renverser Sund le tyran. Oui, renverser. »

    D’un grand mouvement de bras rageur, Gabriel embrasa la foule désormais à ses pieds.

    « Je vous laisse choisir votre camp. Je vous laisse libre de vos choix. Restez sourd à la souffrance des vôtres si cela vous chante. Assumez simplement vos actes, je ne blâmerai aucun d’entre vous. Si vous souhaitez me trouver, je serai chez moi. »

    Puis Gabirel, après un léger sourire, aussi léger qu'un papillon, laissa la statue de la divinité en paix, retournant parmi le commun des mortels. Il annula le sort d'amplification de sa voix et se glissa parmi la foule, jusqu’à se fondre parmi eux, se faisant oublier à l’aide d’un simple sort de dissimulation puis se faufila jusqu’à un coin reculé. Misaki le rejoignit, aisément, insensible à sa magie. Elle lui offrit un sourire rassurant, et comme lui, observa l’impact des paroles de Gabriel sur les Watériniens. Certains étaient révoltés, d'autres relativement heureux de cette nouvelles. Il y en avait même, comme monsieur Lowy, qui annonçaient clairement qu'ils suivraient Gabriel jusqu'à la mort.

    Mine assez sombre, adossé à un mur quelconque, il avait envie d'éclater de rire. Pauvre fou... Il allait payer son audace, comme bien d’autre. Se dresser contre Sund… Quel acte vain ! Il serait le maître tout puissant, et les habitants de l’île ne seraient que de simples distractions. Il savourait son génie : être à la tête de la résistance pourrait s’avérer très distrayants, pour le coup. Et assez délicat en même temps, puisque son bras droit et colocataire, cette jeune fille qui ressemblait tant à Sakura possédait le même don que cette dernière.
    Le jeu de la manipulation allait enfin pouvoir commencer.
    Et la course au Testament par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waterin.forumactif.com
 

Histoire ♦ L' Appel à la Résistance de Gabriel Jewel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► Waterin ◄ :: ► Prémices ◄ :: 
► Règlement & Contexte ◄
 :: ► Infos Diverses ◄
-