Vous voici à la merci du Tyran...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Intrigue - Première étape - Champi & Meg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Uen


avatar


Messages : 4
Expérience : 0
Localisation : ~ Sur mon île natale.
Occupations : ~ Déesse de la Justice.
Humeur : ~ Impartiale.


MessageSujet: Intrigue - Première étape - Champi & Meg   Dim 19 Sep - 15:23

    Chers membres, voici votre équipe, pour le moment du moins. Seuls les personnages participant à l’intrigue ont désormais accès à ce nouveau lieu : les souterrains. Préparez vous à déambuler dans ce dédale sombre et dangereux, à affronter diverses créatures… Sans compter tous les sorts, et tous les pièges dont vous serez victimes…. Trouverez-vous les antidotes à temps ? Les secrets des divers mécanismes ? Et si jamais vous tombiez sur des individus du camp opposé ? Ahah ! Mais votre Maître à tous veille… Sachez que Gabriel a enveloppé d’un sort les membres de ses chers Résistants : ils ne pourront être tués ou gravement blessés par un Partisan. Quant à Sund, sachez qu’il procédé à l’identique pour ses chers Partisans. Amusant, n’est-ce pas ?
    Oh, évidemment, nous avons un neutre, parmi nous. Le seul qui pourra à la fois tuer et être tué…


    Équipe singulière que voilà.
    Pour commencer, elle suit un spectre. Si si, je vous assure... Un spectre bien étrange, qui plus est, puisqu'il a cette forme hybride, entre l'humain et l'animal. Le spectre d'une créature des souterrains, justement ? Cela, seul Meg pourrait nous le confirmer... Mais, est-il bien sage, de plonger dans ce vieux puits, à l'orée de la forêt, parce qu'une créature venue de l'au-delà vous l'indique ? Ce n'était pas comme s'ils avaient le choix, dans le fond. Ce document est important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chanterelle


avatar


Messages : 52
Expérience : 4
Magie : L'art et la manière de casser les oreilles.
Localisation : Trotinnant dans ta têêête *
Occupations : * Me tourner les pouces ?
Humeur : Famélique *


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Champi & Meg   Lun 20 Sep - 22:29

Franchement ? Elle n’avait rien compris. Apparemment, c’était une histoire de documents compromettants pour Sund, mais elle ne voyait pas bien ce qu’il pourrait y avoir écrit de si spécial à l’intérieur… Qu’est-ce qui pourrait bien faire trembler un dictateur pyromane ? Une famille cachée pour le faire chanter ? Peu probable. Son plus gros point faible ? Il n’était tout de même pas suffisamment stupide pour l’écrire noir sur blanc. Peut-être une espèce de vieux traité au sujet d’une magie très ancienne qui pourrait l’anéantir mais… Ca sonnait un peu trop fantaisiste. Bref : pour changer un peu, la situation lui échappait. Qu’importe, elle avait saisi l’essentiel : rapporter un document au grand chef ! A peine perturbée par l’idée qu’elle cherchait une aiguille dans une botte de foin, voir dans la moisson toute entière, Chanterelle s’était mise en route avec toute la volonté dont elle était capable. Le problème étant de savoir où aller… « Quelque part sur l’île », qu’il avait dit, le beau Gabriel. Gnn.

Après le fameux rassemblement où Jewel leur avait expliqué à tous leur mission, Chanterelle, simplette, était repassée par l’Orphelinat pour se changer. Quoi ? Elle n’allait pas courir dans on ne savait quels boueux endroits avec une jolie jupe toute neuve ! Elle était donc partie se passer un short en jean un peu effilé, un haut gris parfaitement informe qui lui tombait sur l’épaule droite et couvrait mollement ses bras aux trois-quarts, par-dessus lequel elle avait enfilé un sweet chaud et bien trop large pour elle, qui lui tombait presque jusqu’aux genoux. Enfin, elle avait chaussé des baskets pratiques -quoiqu’un peu épaisses de semelle- et une paire de guêtre pour protéger ses gambettes de la morsure hivernale. Vêtue de pied en cap, la rouquine s’était alors occupée de la survie et avait fourré biscuits, gourde d’eau, canif, bougies et allumettes dans un sac en bandoulière. Elle s’apprêtait à partir quand un miaulement langoureux l’arrêta... Elle se tourna vers une boule de poil fauve qui, prélassée sur son lit, posait sur elle un intense regard ambre. Crachefeule voulait l’accompagner. Elle hésita un instant tout en ajustant ses mitaines, puis, haussant les épaules, saisit son chaton dans ses bras et sorti. Il n’était pas suffisamment tard pour qu’on l’interroge sur ses activités, et c’est donc sans plus de problèmes qu’elle se mit en quête du document recherché.

Pour sa part, il lui semblait on ne peut plus logique de se diriger vers la forêt : idéal pour cacher un secret, non ? Et puis elle aimait bien la forêt, se serait agréable d’y fureter. En plus elle avait déjà entamé le chemin par pur et simple habitude alors... Ouais, tout se passait sans aucun doute possible dans la forêt.

Crachefeule marchait souplement à côté d’elle dans les rues de la ville, son instinct animal lui murmurant sans doute que d’étranges choses promettaient de se passer... Champi lui lança un regard circonspect, fronça les sourcils, puis renonça à se chicaner avec le félin, préférant fouiller dans son sac pour trouver de quoi attacher son opulente chevelure. C’est ainsi que l’orée de la forêt la trouva au sortir du dernier pâté de maison : occupée à entortiller savamment un crayon à papier dans ses boucles. Elle lança un regard perçant aux arbres qui s’étendait devant elle, poings sur les hanches, et esquissa un sourire carnassier : ils livreraient leurs secrets… Mais par où commencer ? L’aventurière improvisée adressa une œillade interrogatrice à Crachefeule, mais il préférait fixer intensément quelque chose devant lui… Quelque chose… Quelque ch…

« AAAAAAAAAH !!!! »

Dans un hurlement strident, la jeune femme eut un brusque mouvement de recul, se prit les pattes dans une branche derrière elle et tomba lourdement sur son derrière, Crachefeule planté dans ses guêtres, terrorisé par la peur de la rouquine. Il y avait eut un… Un truc qui l’avait traversée. Elle en était sûre ! Un machin… Froid. Qui faisait trembler jusque la moelle de ses os. Pétrifiée, la gorge nouée d’angoisse, les yeux écarquillés pour tenter d’apercevoir le quelque chose, Chanterelle ne bougeait plus un orteil. Jusqu’à ce qu’une douleur aigu la ramène à elle.

« Crachefeule ! Lâche-moi ! » souffla-t-elle entre ses dents.

Elle attrapa son petit fauve, le décrocha patte par patte de ses guêtres et le serra contre elle. Rassuré, la bestiole reporta son attention sur la gauche… Chanterelle tressaillit : le Quelque Chose devait encore être là et… A ce que l’on disait, les chats pouvaient voir les esprits…

« Chaton, tu m’fais peur… C’était quoi, ce tr… ? »

Sa question s’étrangla dans sa gorge alors qu’elle entendit des pas derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megaré M. Donovan

The Kitten can see the Ghost

avatar


Messages : 82
Expérience : 15
Localisation : ☼ Dans une rue ou dans un arbre.
Occupations : ☼ Déambuler.
Humeur : ☼ Farouche.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Champi & Meg   Dim 26 Sep - 16:15

    Une branche craqua sous ses pas, et Meg tourna encore une fois vivement la tête comme s’il s’attendait à voir quelque démon surgir à tout moment des fougères. Pourtant, il n’y avait personne, à part lui. Enfin… Ce n’était pas tout à fait exact. Le gamin resta un instant immobile, figé, et balada son regard autour de lui, craintif, à la recherche de quelque chose. Les arbres dressaient leurs silhouettes massives très haut dans les airs, et les multiples branches et feuillages dissimulaient en grande partie la vue du ciel gris. Les ronces, les fougères, les branches cassées et les feuilles mortes jonchaient le sol à perte vue, obstacles naturels à une marche tranquille et reposante. Megaré posa le plat de la main sur le tronc d’un arbre et leva la jambe pour passer par-dessus une imposante racine, puis fit bien attention à où il posait les pieds avant de continuer sa route. En entrant dans la forêt, quelques instants plus tôt, il avait trébuché sur une racine semblable, et s’était écorché mains et genoux sur des branches mortes - alors maintenant, il faisait attention. Comme toujours, il portait une tenue très simple et trop grande pour lui. Il avait enfilé un simple jeans, une paire de vielle baskets à lacets et un pull noir épais qui lui tenait suffisamment chaud, même s’il regrettait quelque peu de ne pas avoir emporté son anorak gris. La seule touche de fantaisie chez lui résidait encore et toujours dans ses cheveux, d’un rouge aussi flamboyant qu’un coucher de soleil, naturellement en bataille. Pour lui qui ne voulait jamais se faire remarquer, cette couleur fort peu discrète n’était pas un avantage. Mais il faisait avec.

    Sur ses gardes et aux aguets, le jeune garçon continua d’avancer, évoluant entre les arbres en faisant attention à ne pas trébucher. Une légère brise vint agiter les feuilles, et Megaré s’arrêta à nouveau pour regarder autour de lui et le chercher. Il ne savait pas bien si ce qu’il suivait pourrait lui permettre de mener la mission à bien, mais à défaut de trouver autre chose… Ce serait toujours ça. Lorsque la Résistance s’était réunie dans la demeure Jewel pour écouter le discours de Gabriel, Meg avait évidemment été du lot. Oh, il n’était certes pas le membre le plus dangereux et efficace de l’Opposition, au contraire. Mais même s’il était limité par son jeune âge et sa frêle stature, il n’en restait pas moins un membre motivé. Aussi, lorsque Gabriel leur avait demandé de trouver ce mystérieux document qui contenait des informations importantes sur Sund, le gamin n’avait pas hésité. Le fait que les Partisans du tyran soient également sur les traces du document mystère ne lui disait rien qui vaille, mais il ne voulait pas être lâche. Alors comme tout le monde ou presque, il s’était mis en route. Il aurait été plus rassuré à la perspective de partir en quête aux côtés de Damon, mais le grand taciturne avait été assigné comme garde du corps à Misaki Kurohana, la seconde de la Résistance, alors Meg s’était décidé à y aller seul. Il était passé par l’orphelinat pour récupérer un petit sac à bandoulière discret dans lequel il avait fourré une lampe de poche, une bouteille d’eau et deux barres de céréales, juste au cas où. Il se souvenait encore des jours d’errance qu’il avait du endurer étant petit, après l’attentat, et il avait appris à partir équipé, au moins d’un minimum, à chaque expédition quel qu’elle soit. Et il s’était donc mis en route.

    Il s’était à peine enfoncé dans la forêt en espérant faire bonne route qu’il l’avait vu. Une chose indéfinissable, une espèce de fantôme ni vraiment humain ni vraiment animal, un spectre hybride aussi dérangeant que fascinant d’étrangeté. Megaré était bien évidemment habitué à voir des fantômes. Mais celui-ci, celui-ci… Il était différent, incontestablement. Et même si la peur lui tordait le ventre, le gamin s’était décidé à le suivre. Surtout que cet étrange fantôme ne paraissait pas comme les autres, perdu, résigné ou révolté par une mort survenue trop brusquement. Non, il restait immobile, ses espèces de yeux immatériels rivés sur lui, comme s’il attendait quelque chose. Et il avait fallu que Meg fasse quelques pas timides vers lui pour que la chose se retourne soudain pour s’enfoncer dans la forêt. L’évidence s’était alors imposée au jeune garçon, évidemment : il fallait le suivre. Était-ce une bonne idée ou au contraire une mauvaise ? Cela, il ne le savait pas. Mais il fallait trouver ce document mystérieux, et ignorer la présence d’un spectre étrange aurait été grotesque, en plus de particulièrement lâche. Alors il lui avait emboîté le pas. Mais cette chose allait trop vite. Elle apparaissait et disparaissait, s’en allait d’un arbre à un autre, accélérait pour ne plus s’arrêter, et sur ses petits jambes, Meg avait du mal à suivre. Il déambula une bonne dizaine de minutes à travers les arbres avant de voir à nouveau cette silhouette hybride, pâle et translucide, qui l’attendait sur une racine. Il poussa un léger soupir rassuré, rajusta la lanière du sac et se mit à nouveau en route en direction de la chose, mais celle-ci eut tôt fait de détaler à nouveau comme un animal sauvage.

    - Attends !

    Las, Megaré se mit à courir pour la rattraper, et trébucha plusieurs fois contre une branche ou quelque motte de terre dans sa précipitation, mais se rattrapa de justesse à chaque fois. Il avait perdu la chose des yeux, mais il entendit soudain un cri qui le figea sur place, cœur tambourinant. C’était un cri féminin, strident, qui avait déchiré l’air. Meg hésita une seconde, puis bifurqua vers la source, écarta une branche de son passage et finit par freiner dans un crissement de baskets derrière quelqu’un qui se trouvait assis là. C’était une jeune fille, aux longs cheveux, que le jeune garçon reconnu pour être de la Résistance, et également de l’orphelinat. Chanterelle. Il n’était pas proche d’elle -il n’avait pas vraiment d’ami, que ce soit à l’orphelinat, l’académie ou même en général- mais il la connaissait tout de même un minimum. Il plissa un peu les yeux, et la contourna pour lui faire face, avant d’hausser un sourcil, sincèrement surpris.

    - Chanterelle ?

    Il tourna la tête, balada son regard furtivement autour de lui ; la chose attendait, à plusieurs mètres, entre deux arbres, immobile. Il rapporta son attention sur la jeune fille, qui devait probablement être à la recherche du document également, jeta une œillade méfiante au chat qu’elle avait dans les bras et lui tendit la main pour l’aider à se relever, sans un mot de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chanterelle


avatar


Messages : 52
Expérience : 4
Magie : L'art et la manière de casser les oreilles.
Localisation : Trotinnant dans ta têêête *
Occupations : * Me tourner les pouces ?
Humeur : Famélique *


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Champi & Meg   Mar 28 Sep - 0:21

Ne plus bouger. Ne surtout plus bouger… Retenant son souffle, Champi bataillait entre son instinct qui lui hurlait de prendre ses jambes à son cou, et sa raison erronée qui lui chuchotait que, sans doute, si elle ne bougeait pas, on ne pourrait pas la voir. Ce qui était complètement crétin, amen. Il fallait détaler tout de suite, ou casser le nez de ce qui osait lui faire si peur si c’était suffisamment matériel pour prendre une taloche ! Et ce devait être le cas puisque, logiquement, si on entendait des pas, c’est que la chose avait un certain poids. Sans parler du fait que son potentiel détectait une présence animale et que son chat fixait toujours un point un petit peu plus loin. M’enfin, on ne savait jamais, ce pouvait être n’importe quoi, comme animal… Un gigantesque monstre gluant et verruqueux, court-sur-patte, difforme au possible et tout plein de bave, -beurk… Elle frissonna d’horreur, terrorisée par sa vision de la bête et tendit l’oreille. Drôle comme un silence peut paraître assourdissant, dans ces moments là : les pas s’étaient arrêtés. Mais elle distinguait toujours une présence, et peut-être même une respiration hachée, que ce soit par une récente course ou une macabre envie de manger de la chanterelle -champignon comestible, en plus, c’était malin. Bon alors, elle faisait quoi, elle ? D’accord, elle se calmait… Allez, à dix. Un… Deux… Crachefeule s’agita, posa ses petites pattes sur l’épaule de son humaine et regarda qui apeurait la rouquine de la sorte. Trois… Quatre… Cinq… Bah, il n’avait pas l’air plus affolé que cela et semblait même se moquer d’elle... La rouquine poussa un soupir discret et résigné, puis accéléra un peu la cadence : six, sept, huit, neuf, AH ! Son cœur s’emballa alors que les pas reprenaient. Elle déglutit et tourna légèrement sa frimousse de chaton effarouché vers ce qui la contournait… Heiiiin ?

« Chanterelle ? »

Megaré ?
Avec ces ch’veux, pas de doutes possible ! Frappée, elle ouvrit une bouche de poisson choqué de s’être fait avoir par du plancton et détailla son camarade de l’orphelinat. C’était lui ? C’était seulement lui ? Le gros monstre cauchemardesque ? Lui, qui lui avait fait si peur ? Mais ce n’était qu’un garçon complètement effacé qui se faisait allègrement écrabouiller les orteils -quoi qu’à ce qu’on disait, il n’était pas commode quand on l’enquiquinait- par les grandes gueules du bahut ! Par Uen… Si on l’avait vu trembler devant cet asticot rôti, qu’est-ce qu’on aurait dit d’elle…
Sentant sa colère grimper, elle ferma la bouche dans une moue capricieuse qui promettait une crise, fronça les sourcils et, entre ses dents, d’un ton à peine audible :

« Megaré… »

Qu’est-ce qu’il fichait là, lui, d’abord ? Il allait voir ce qu’il en coûtait d’effrayer une jolie dame ! Surtout qu’il ne la regardait même pas, le goujat ! Il lançait une œillade aux alentours ! Pour voir s’il y avait d’autres champignons de pâques, sans doute ? Assise dans la mousse, les bras croisés sur sa poitrine dans une attitude assez burlesque, l’humeur de la maudite gosse s’assombrissait de pensée en pensée.
Mais quel ne fut pas son effroi lorsqu’elle remarqua que le regard du nouveau venu s’accrochait à un point précis du décor… Le même, manifestement, que Crachefeule. Elle sentit son sang refluer et sa colère se glacer dans ses veines. Un mauvais pressentiment frappait sournoisement à la porte obtuse de sa perspicacité : ce mec… Qu’est-ce qu’on racontait, déjà, sur lui ? Qu’il était bizarre, voir morbide ? Qu’il pouvait « voir » et même peut-être « parler » avec… Oh… Il la regardait à nouveau, et elle lui rendait une œillade horrifiée. Pas tant par le pouvoir que l’on accordait au garçon que par la confirmation de ses suspicions : il y avait bel et bien un Quelque Chose macabre pas assez loin d’elle…

Chanterelle serra Crachefeule contre elle, ne quittant pas Megaré des yeux, ne cillant pas. Un garçon bizarre… Oui, il n’avait pas beaucoup d’amis -voir pas du tout- et il suivait sans doute son copain le Quelque Chose, mais pour aller où ? Dans la forêt ? C’était bizarre d’aller dans la forêt à cette heure-ci, non ? Non mais elle c’était pas pareil, c’était… Enfin ne cherchez pas, c’était pas pareil, c’est tout. Bref : il n’était pas net, ce type. En plus il avait les cheveux rouges -très bizarre. Cette idiote d’Olivia avait affirmé, une fois, en le croisant par pur hasard dans un couloir, que c’était un démon qui l’avait marqué… Très très bizarre, très louche…

Et… Il lui tendait la main. Chanterelle se pencha légèrement vers ladite menotte, l’observa sous toutes les coutures, puis lança un coup d’œil soupçonneux au bonhomme. Qu’est-ce qu’il voulait, avec sa main ?

Et la lumière fut. Tel le rayon de soleil déchirant les nuages, la révélation la plus évidente de la journée balaya toutes les abracadabrantes songeries de Champi : Megaré ! Il était dans la Résistance, lui aussi ! Voila pourquoi il était là, ça n’avait rien à voir avec un rituel sectaire dans une clairière sombre comme elle était en train de se l’imaginer ! Il cherchait aussi le document -qu’elle avait jusqu’alors complètement oublié- ! L’art et la manière de se monter la tête toute seule sur des idées plus farfelues les unes que les autres… Du coup, c’était un quoi ? Un collègue ? Un allié ? Qu’importe, il était du côté des gentils, c’est tout c’qui comptait dans cette situation lugubre.

Un début d’hilarité aussi sincère que nerveuse commençait à naitre dans la gorge de la jeune folle alors qu’elle regardait son compagnon d’un œil nouveau, sans préjugés débiles : il avait l’air franchement inoffensif et de toute évidence, il lui proposait simplement de l’aider à se relever.

Elle esquissa un sourire contrit, presque confuse de sa réaction pleine de naïveté, puis éclata finalement de rire, soulagée. Glissant ses doigts dans ceux de son nouvel acolyte, elle se remit sur pied et entreprit de débarrasser des bouts d’écorce, de la mousse et autres sédiments sylvestres son short déjà bien usé. Se faisant, histoire qu’il ne la prenne pas injustement pour une démente, elle s’expliqua :

« Désolée, tu m’as fichu une de ces frousses -d’ailleurs si t’en parles au bahut j’te tue. Comme il y avait un truc bizarre à l’instant et que d’après ce qu’on raconte, t’es pas toujours très normal non plus, j’ai commencé à me dire que tu allais peut-être à une sorte de… Euh de… Enfin c’est pas ce que tu penses, j’ai juste paniqué en t’entendant arriver et… Euh… Enfin bref, oublie. »

Elle parlait beaucoup, s’emmêlait un peu dans des explications signées de son tact naturel, mais sa voix la rassurait. Elle aurait sans doute repris, si Crachefeule -éjecté sans plus de cérémonie de ses genoux lorsqu’elle s’était relevée- ne s’était pas mis à miauler en fixant ce mille fois maudit Quelque Chose. Chanterelle déglutit et, l’air de rien, passa derrière l’épaule de Megaré, poings joints sous son menton, grimace aux lèvres, ses grands yeux noisettes cherchant à voir l’invisible.

« Alors euh… C’est un pote à toi là-bas ou… Enfin je veux dire… »

Après tout, elle n’était pas sûre que ce qu’on disait du garçon était vrai… Si ça se trouvait, c’est lui qui allait la prendre pour une tarée. Elle sentait bien l’attention toute particulière de Crachefeule, elle partageait presque sa curiosité quant à cette créature étrange, liée qu’elle était au félin par son potentiel, mais… Peut-être que Meg, lui, il n’était là que par hasard.
Elle se contenta donc de mordre dans sa lèvre pour s’imposer le silence, peu désireuse de vexer son compagnon qui n’était pas si malvenu que cela, finalement. Elle le regardait, anxieuse. C’était quoi, la suite du programme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megaré M. Donovan

The Kitten can see the Ghost

avatar


Messages : 82
Expérience : 15
Localisation : ☼ Dans une rue ou dans un arbre.
Occupations : ☼ Déambuler.
Humeur : ☼ Farouche.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Champi & Meg   Mar 23 Nov - 22:00

    Mais pourquoi s’entêtait-elle à le fixer de manière si… apeurée ? Plissant quelque peu les yeux, Meg la considéra d’un œil quelque peu perplexe alors qu’elle serrait un peu plus fort cette espèce de chat contre elle, sans le quitter des yeux. Et bien quoi ? Qu’avait-elle bien pu voir pour être dans cet état ? Qu’est-ce qui avait bien pu provoquer ce cri d’effroi ? Avait-elle vu quelque chose ? Senti la présence de la Chose qui attendait encore plus loin, peut-être ? Dans l’esprit merveilleusement logique de Megaré, les hypothèses se succédèrent avec rapidité et efficacité, triées au fur-et-à-mesure alors qu’il attendait une réaction quelconque de la part de la jeune fille. S’il songea un seul instant que c’était lui-même qui pouvait provoquer une telle peur dans le regard ? Non. C’était absurde rien que d’y penser, à vrai dire ; que pouvait-il y avoir d’effrayant dans un gamin de quatorze-ans, minuscule et frêle, taciturne et solitaire, qui préférait passer son temps dans les rues plutôt qu’en compagnie des autres gosses de son âge ? Non, cette hypothèse-ci n’effleura pas une seule seconde l’esprit du garçon, et il plissa encore un peu plus les yeux d’un air perplexe lorsqu’elle changea soudainement d’attitude pour… éclater de rire. D’accord, pourquoi pas. Elle était vraiment étrange, cette fille. Très étrange. Un rien méfiant, un instant, Megaré essaya de rapidement se rappeler ce que l’on racontait au sujet de Chanterelle - au cas où une réputation de dérangée psychologique lui aurait échappé. Peut-être était-elle folle ? Démente, dangereuse ? Pensif, il l’aida à se relever, fit un pas en arrière par principe et attendit sagement qu’elle arrête de rire et époussète ses vêtements, légèrement mal-à-l’aise et ne sachant pas vraiment quoi faire ou dire.

    La jeune fille lui rendit alors service en prenant la parole, et Megaré releva les yeux ; interdit, il l’écouta d’abord s’excuser. Comment ça, il lui avait flanqué la frousse ? Comment lui pouvait-il flanquer la frousse à quelqu’un ? Et puis, la menace, franchement… Non, vraiment, définitivement, cette fille était bizarre. Pas très fréquentable, probablement. Fronçant légèrement les sourcils, plus de perplexité et d’incompréhension qu’autre chose, le jeune garçon tenta de saisir les explications confuses de sa vis-à-vis ; il capta surtout et seulement qu’elle avait paniqué quand elle l’avait entendu arriver (voilà qui expliquait tout) et qu’on lui collait visiblement une étiquette de mec « pas très normal » pour user d’un doux euphémisme (ce qui ne l’étonna pas vraiment, à vrai dire). Bien. Megaré n’avait pas vraiment tout compris, mais peu importe. Il ne savait pas ce que la rouquine faisait dans cette forêt au juste, mais il avait au moins compris qu’elle avait juste été effrayée par le bruit qu’il avait fait en arrivant, d’où ce cri qui avait déchiré le silence environnant. Ce qui, au final, était le plus important à savoir, car cela signifiait donc qu’il n’y avait pas de Partisan sanguinaire à la prunelle folle dans les parages, couteau en mains et désirer d’attenter à la vie de deux gamins de la Résistance : tant mieux. Meg, soulagé, laissa un léger soupir fatigué s’échapper de ses lèvres, et leva la main pour dégager quelques mèches flamboyantes qui venaient se loger devant ses yeux. Songeur, il envisagea la marche à suivre et suivit machinalement des yeux la jeune fille qui vint se placer derrière lui. Pardon ? Si c’était un pote à lui, là-bas ? D’abord perplexe, le garçon plissa à nouveau les yeux ; trois secondes plus tard, il avait compris, et il haussa furtivement les épaules.

    - Pas vraiment.

    Il s’exprima d’un ton plat, songeur, sans trop élever la voix comme il en avait l’habitude, pensif ; un rien las peut-être. Il tourna doucement la tête et ses fades iris se posèrent sur la Chose, qui n’avait toujours pas bougé, dérangeante d’immobilité parfaite. Le temps semblait suspendu entre les deux arbres où elle se dressait, et pendant quelques secondes, Meg hésita franchement. N’était-ce pas avancer à l’aveuglette, que de suivre une chose que l’humain n’était pas censé voir ? Foncer dans la gueule du loup, peut-être, même ? N’était-ce pas inconscient, fou, suicidaire ? Si, probablement. Il tritura nerveusement le bas de son pull, hésita encore, puis se décida ; il ne pouvait décemment pas reculer. Il effectua donc deux ou trois pas en avant, yeux rivés sur la Chose qui attendait encore, puis se rappelant subitement de la présence de Chanterelle, il s’arrêta pour tourner la tête vers elle, cherchant quoi dire. Devait-il lui conseiller de s’en aller ? Lui proposer de l’accompagner ? Il ne savait pas ce qu’elle faisait ici, mais peut-être avait-elle probablement entendu parler de la mission que Gabriel leur avait confié. Il finit donc par faire un vague signe de tête dans sa direction, incertain.

    - Tu peux me suivre, si tu veux.

    Elle faisait ce qu’elle voulait, après tout. Meg tourna à nouveau la tête et constata que la Chose indéfinissable s’était extirpée de son immobilité parfaite pour effectuer un pas en arrière ; visiblement, elle voulait encore qu’on la suive. Et bien, soit. Se mettant en route d’un pas plus assuré qu’il ne l’était réellement, Meg observa Chanterelle du coin de l’œil et reprit la parole pour lui demander :

    - Tu es aussi à la recherche du document ou tu étais là par hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Champi & Meg   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue - Première étape - Champi & Meg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► Waterin ◄ :: ► Waterin ◄ :: 
► La Ville ◄
Sund vous observe.
 :: ► Bibliothèque d'Yriane ◄ :: ► Souterrain ◄
-