AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Vous voici à la merci du Tyran...
 

Partagez | 
 

 Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Uen


avatar


Messages : 4
Expérience : 0
Localisation : ~ Sur mon île natale.
Occupations : ~ Déesse de la Justice.
Humeur : ~ Impartiale.


MessageSujet: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Dim 19 Sep - 15:10

    Chers membres, voici votre équipe, pour le moment du moins. Seuls les personnages participant à l’intrigue ont désormais accès à ce nouveau lieu : les souterrains. Préparez vous à déambuler dans ce dédale sombre et dangereux, à affronter diverses créatures… Sans compter tous les sorts, et tous les pièges dont vous serez victimes…. Trouverez-vous les antidotes à temps ? Les secrets des divers mécanismes ? Et si jamais vous tombiez sur des individus du camp opposé ? Ahah ! Mais votre Maître à tous veille… Sachez que Gabriel a enveloppé d’un sort les membres de ses chers Résistants : ils ne pourront être tués ou gravement blessés par un Partisan. Quant à Sund, sachez qu’il procédé à l’identique pour ses chers Partisans. Amusant, n’est-ce pas ?
    Oh, évidemment, nous avons un neutre, parmi nous. Le seul qui pourra à la fois tuer et être tué…


    Il faut croire que Gabriel y tient, à sa petite Misaki, son jouet si distrayant... Parce qu'après tout, qui d'autre qu'un garde du corps pourrait prendre soin d'elle ? Ils ne sont peut être pas faits pour s'entendre, mais ils ont tout de même un objectif commun. Cette rage qui les habite. Cette vengeance qui les ronge... Oui. Elle est dirigée vers la changeforme.
    Misaki avait longuement étudié la typographie de l'île, avant que le départ ne soit sonné. C'est ainsi que, plutôt que de pénétrer du côté de la bibliothèque, ils se glissèrent dans les fondations de l'orphelinat. Qui sait, cela les rapprocheraient peut-être un peu plus de ce fameux document... Chose surprenante néanmoins, Hunter, qui souhaitait agir en solo, se trouve déjà sur place. Obligé de se joindre à eux, certainement. Et cette ombre, derrière eux ? Silencieuse et invisible, tel le veut le pouvoir de cet individu... Souhaite-t-elle les suivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Kurohana

The Puppet.

avatar


Messages : 197
Expérience : 22
Magie : ♦️ Eléments ♦️ Eau, Vent.
♦️ Prédisposition ♦️ Empathie, Prescience, Chance.
♦️ Don ♦️ Annulation.
Localisation : ♦ Jamais bien loin de Gabriel.
Occupations : ♦ Etudiante à l'Académie, Résitance.
Humeur : ♦ Légère, la plupart du temps.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Lun 27 Sep - 13:41

    Se concentrer sur sa mission.
    Pas sur l’humeur de monsieur Jewel ce matin.
    Se concentrer sur sa mission.
    Et sa survie.

    Plantée devant l’entrée du tunnel de la cave, dans l’obscurité des fondations du l’Orphelinat, Misaki prit une grande inspiration et jeta un regard en biais à Damon.
    L’homme à la stature impressionnante l’intriguait. Il fallait dire qu’elle le connaissait peu, et qu’il n’était pas de nature très extravertie. Sombre et taciturne, le garde du corps ne s’exprimait que quand cela était nécessaire et savait se tenir à distance de ses comparses, bien qu’ils fussent tous engagés pour une même cause : la fin du règne de Sund. Bref. Mettre un ours aussi susceptible avec une survoltée (quoique moins survoltée ces derniers temps), influencée par feu James Catterson, était un calcul redoutable. À savoir : lequel taperait le plus sur les nerfs de l’autre ? Qui sortirait vivant de cette confrontation ? Oh, Damon, certainement. Monsieur Claymore avait les nerfs solides, voyons. On ne pouvait pas en dire autant de la petite Kurohana.

    La jeune fille s’était demandé quelle mouche avait bien pu piquer Gabriel, dans un premier temps. Faire équipe avec Damon lui avait paru quelque peu improbable… d’autant plus qu’elle s’imaginait déjà soutenir le chef de la Résistance, en bon second qu’elle était – et celui-ci descendant dans les souterrains parmi les siens pour se faire pardonner sa lâcheté présumée lors du Bal d’Halloween. Mais non. Monsieur à d’autres choses à régler, d’autres chats à fouetter, et ne pouvait pas perdre son temps et son énergie dans une recherche documentaire aussi périlleuse. Heureusement, il s’était donné la peine de les protéger : un sort puissant qui, vu la distance, l’épuiserait certainement. Résultat, elle ne savait plus quoi penser concernant Gabriel, si ce n’était qu’elle allait devoir lui courir après pour qu’il daignât manger quelque chose, une fois qu’elle serait de retour dans la demeure Jewel.

    Malgré ses doutes, elle remarqua bien vite, à son port et à son impassibilité, que Damon était insensible à son don d’annulation. Certainement parce que le don de ce dernier se basait essentiellement sur la technique et la connaissance, et non pas sur la magie elle-même. Elle ne pouvait altérer la force d’un individu, pas plus qu’elle ne pouvait le priver de son savoir, du moment qu’il n’était pas entièrement imprégné de magie, semblait-il – évidemment, si elle passait à côté du crétin de Port qui pouvait soulever à lui seul deux conteneurs, ce dernier se retrouverait écrabouillé dans l’instant. Il s’avérait donc que Damon était de loin la personne la plus apte à la protéger, puisqu’il possédait encore toutes ses facultés en sa présence.

    Elle contempla le passage sombre et poussiéreux avec cette étrange peur au ventre.
    Un vent chaud sortait du conduit pour caresser son visage, bien différent de l’air frais des fondations de l’orphelinat Lowy. Ce qui se trouvait là-dessous la dépassait complètement. Les plans qu’elle avait étudiés ne lui avaient donné que peu d’indications : le dédale qui s’étendait sous la bibliothèque et les alentours se révélait complexe et mystérieux, plein d’impasses, certainement très différents de la réalité. Quelques manuscrits laissaient entendre que de nombreux pièges les attendaient là-dessous. Mais aussi des créatures, certainement venues de la Cité des Ronces. Le problème, avec la magie, c’était que les mythes et la réalité se confondaient souvent, la religion prenait une ampleur teintée de vérité. Alors, on ne savait jamais à quoi s’attendre, lorsque l’on creusait le passé, quand on franchissait la limite floue entre le domaine des humains et l’irrationnel. Il fallait s’y attendre, les recherches ne seraient pas aisées. Il y avait au moins quatre ou cinq salles différentes, où l’on pouvait trouver des écrits de tout temps, la plupart difficiles d’accès, et réparties sur plusieurs niveaux. Bien entendu, cela ne voulait pas dire qu’il n’y avait pas d’autres endroits où chercher, mais il fallait tout de même commencer par quelque part.

    Dans quoi s’engageait-elle, au juste ?
    Si la silhouette du garde du corps lui paraissait bien rassurante, suite à sa réflexion, mais sans parvenir pour autant à chasser la crainte blottie parmi ses entrailles. Il fallait y aller pourtant. Trouver ces documents avant les suppôts de Sund. Faire un pas de plus, ne serait-ce qu’un semblant de victoire, pour que le vent de l’espoir souffle à nouveau sur la Résistance.
    À nouveau, elle reporta son attention sur Damon et sa mine austère, s’apprêtant à lui demander ce qu’il en était, comment allaient-ils procéder, s’il préférait prendre la tête ou couvrir leurs arrières ; tant de détails techniques à résoudre pour que l’expédition se passe pour le mieux. Cependant, son regard d’acajou à l’éclat interrogatif ne pût l’atteindre, car déjà, il était attiré par une silhouette qui s’approchait, familière.

    Tout portait à croire que finalement, ils seraient un peu plus nombreux pour cette joyeuse excursion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Claymore


avatar


Messages : 40
Expérience : 23
Magie : Elément : Acier.
Don : Maniement des armes.
Localisation : Essaie de me trouver, Ennemi.
Occupations : Protéger ou se battre.
Humeur : Ca dépend, t'es quoi ?


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Mar 28 Sep - 19:09

    Damon aurait préféré être seul. Il aurait préféré être seul parce qu’il était de nature totalement solitaire et qu’il n’appréciait pas vraiment le travail d’équipe. Oh bien sûr c’était loin d’être la première fois qu’il était poussé à en faire : du temps de l’armée, qu’il soit novice ou plus expérimenté, il n’avait eu des missions en solitaire qu’à de très rares occasions. Aujourd’hui, en tant que garde du corps, c’était quelque peu différent. Les personnes qu’il avait à protéger ne pouvaient en général se défendre seules, c’était bien pour cela qu’elles faisaient appel à ses services. Elles étaient alors des boulets à son pied, car il devait faire en sorte de leur éviter ne serait-ce que la plus petite égratinure. Mais il avait l’habitude, en fait. Ce qui l’embêtait le plus, c’était qu’il se sentait désormais responsable de la vie de la gamine, et qu’il n’avait par conséquent pas droit à l’erreur. Sa vengeance si, comme le craignait Gabriel, les chiens de Partisans étaient déjà sur les traces du document, devrait sûrement attendre : il n’avait pas le droit de risquer la vie de Misaki pour un but idéologique. La seule vie qu’il pouvait mettre en danger pour cela était la sienne. Sinon, il serait aussi monstrueux que Sund. Et cela, il en était hors de question. Si le second de la Resistance mourrait alors même qu’il avait la tâche de la protéger, il ne se le pardonnerait jamais : ce serait comme si c’était lui qui l’avait tuée. Il n’avait donc pas le choix : si cela s’avérait trop dangereux pour elle, il devrait renoncer à son souhait.

    En même temps, il était un peu rassuré de l’avoir avec lui : non qu’il pensât qu’elle puisse être un atout majeur par la suite. Il ne pensait pas du tout que le don d’Annulation de la demoiselle pouvait se révéler fort utile – surtout quand à sa propre sécurité, à vrai dire. Non, ce qui le rassurait le plus, c’était qu’ainsi, il savait qu’elle n’était pas vraiment en danger. Ce n’était pas une confiance abusive en lui qu’il avait, une preuve d’égocentrisme monstrueuse. C’était juste qu’il connaissait parfaitement ses capacités comme ses limites. Certes, il se demandait si Mégaré s’en sortirait également : mais cela il l’occulta bien vite. Comme toujours lorsqu’il avait une tâche à accomplir, il ne devait se concentrer que sur cette tâche, et rien d’autre. Par ailleurs, la petite princesse à son côté avait été terriblement ébranlée par le décès de James Catterson : elle était son amie, après tout. Et bien qu’il ne montrât rien pour indiquer qu’il s’inquiétait éventuellement un peu, rien pour faire preuve d’un semblant d’humanité, il savait à quel point ça avait pu lui faire mal. Il avait souffert de pertes de proches, lui aussi. A la différence près et essentielle qu’il n’y avait jamais assisté. Il avait vu des gens mourir, oui. Il savait le choc que cela causait, surtout la première fois. Et il y avait fort à parier que c’était la première fois qu’elle voyait quelqu’un mourir, l’innocente. Une combinaison des deux devait être tout bonnement insoutenable. Il se souviendrait toujours de cette jeune fille au bal d’Halloween. Elle était venue le chercher alors qu’ils ne s’étaient jamais vraiment parlés – certes, Damon n’a de vraies conversations qu’avec peu de gens. Elle était venue, le fantôme de l’horreur et du désespoir planant dans ses prunelles acajou. Elle l’avait cherché, lui, alors qu’elle ne le connaissait pas : certainement parce qu’en plus du fait de son engagement dans la Résistance, il devait incarner une figure rassurante sans s’en rendre vraiment compte, si tant est que nous soyons dans son camp bien entendu : une figure rassurante quoi que bourrue, une personne plus âgée et responsable, toujours loyale. Peut-être l’avait-elle perçu ainsi, oui, et peut-être que c’était cela qui l’avait poussée à venir le voir, lui. Mais quoi que ce fût, il en garderait le souvenir à jamais.

    Il ne savait pas exactement ce qu’il éprouvait envers Misaki : comme à tout le monde il lui refusait l’amitié. Il n’avait, après ce bal, pas cherché à approfondir leurs relations. Mais il savait très bien que les choses avaient changées. Il ne faisait que tenter de repousser un peu plus l’échéance où il devrait mettre des mots sur ses sentiments. Il restait à distance, comme avec tout le monde Ou presque, mais c’était une autre affaire. Et c’était très bien pour ça. Damon était décidé à accomplir cette mission tout en protégeant efficacement Misaki : et puis, il avait au moins l’aide de Gabriel pour cette protection. Damon croyait vraiment en Gabriel. Il savait que celui-ci ne pouvait se permettre d’aller chercher lui-même le fameux document : non seulement son état physique se dégradait sensiblement, au vu de ses cernes et de son amaigrissement qu’il cachait tant bien que mal, mais en plus, si jamais Sund finissait par l’avoir, cela sonnerait le glas de la Résistance. Il comprenait très bien que Gabriel n’ait pas pu intervenir lors du bal : cela aurait pu renseigner Sund sur sa position. De la magie «immatérielle » il n’avait qu’une connaissance basique, celle que l’on réclamait pour entraîner dans l’armée. La sienne était un peu différente puisqu’elle se basait essentiellement sur des matériaux, du solide, du concret. Mais il savait déjà que les Syas les plus expérimentés pouvaient tout à fait repérer d’autres Syas dans l’espace à leurs sorts – exception faite des plus puissants Syas qui pouvaient dissimuler la provenance de leur sortilège mais le risque concernant Gabriel et Sund était trop grand car si jamais il y avait eu confrontation des deux magies, nul n’aurait pu dire qui aurait remporté le duel. Et là encore il savait que le sort qu’avait utilisé Gabriel pour les protéger était une chose tout simplement énorme, un petit exploit par rapport au nombre de personnes protégées, à la distance et bien entendu, à la durée de cette protection. Oui, les pouvoirs de Jewel étaient assez exceptionnels : restait à savoir si ceux de Sund l’étaient réellement tout autant.

    Damon avait un très mauvais pressentiment. Il avait la désagréable sensation d’être suivi. Depuis un moment déjà, cela perdurait. Il avait beau jeter des regards vers l’arrière, rien. Parfois il percevait un bruit étrange, diffus, mais c’était certainement un petit animal : il n’arrivait pas à comprendre d’où lui venait cette terrible impression qu’on les suivait, tout les deux. Il détestait ça. Mais quand bien même on les suivait et on en voulait à sa vie ou pire, à celle de sa protégée, il serait prêt ! Il faut dire qu’avec sa lourde épée posée sur son dos puissant, il était encore plus imposant que ce que sa haute stature et ses muscles suggéraient déjà. Il portait une veste en cuir qui moulait ses épaules et ses bras puissants, sans être trop serrée, ouverte sur une simple chemise noire aux deux boutons supérieurs ouverts, découvrant sa pomme d’Adam et la base de son cou. Un pantalon de toile noir et des chaussures simples de cette même couleur complétait cette tenue : pour son armement, comptaient en plus de cette lourde épée un katana à sa ceinture, fin mais redoutable et d’autant plus entre ses mains expertes, et quelques dagues dissimulées un peu partout. Bien entendu, l’on n’entendait pas le moindre cliquetis de métal : il était un professionnel, après tout ! Sa démarche, étonnamment, était quasiment silencieuse : il savait parfaitement ce qu’il faisait, oui. Il allait passer sa grande main dans le dos de la demoiselle, était en train de la lever en ce but, avant de remarquer que l’attention de la demoiselle était tournée par ailleurs : leur suiveur, peut-être ? Il laissa retomber sa main, regarda dans la même direction : cette personne, il la reconnaissait également. Et il ne pensait pas qu’elle était capable d’être aussi discrète que la personne qui les suivait éventuellement – et s’il ne l’avait pas remarquée plutôt, c’était bien parce que son attention toute entière était partagée entre Misaki et l’éventuel suiveur. Il prit alors la parole, d’une voix grave et d’un ton neutre, à l’intention du nouveau venu.


    « …Qu’est ce que tu fais là ? »


    Il cueille des champignons, Damon. Se rendant compte du ridicule de sa question, il leva les yeux au ciel et préféra récupérer la parole avant que quiconque ne se rende compte de la stupidité qu’il venait de dire.


    « Peu importe. »

    Damon, lui proposer de se joindre à eux ? Non mais, vous rêvez, là. Il tira son katana d’un geste adroit, qui montrait qu’il savait évidement s’en servir : décidément, il avait un très mauvais pressentiment. Il jeta un regard mauvais derrière lui, là où se situait cette insupportable sensation d’être suivi, avant de reporter son attention sur Misaki et l’autre personne : il attendait de voir ce que tous deux feraient. A la limite, s’il se joignait à eux, cela ne dérangerait pas Damon, supposant qu’il sache se défendre. Mais s’il devait en protéger un autre, alors là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hunter O'Connor


avatar


Messages : 77
Expérience : 18
Magie : La main revolver ; tendre l'index, plier le pouce, et pan pan.
Localisation : Va savoir.
Occupations : Fumer, fumer et... fumer.
Humeur : Passive.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Jeu 30 Sep - 17:52

    Qu’est-ce qu’il foutait là, déjà ? Ah oui, ce fichu document.
    Non mais franchement, quelle blague.

    Hunter laissa la fumée s’échapper de ses lèvres pour s’estomper dans l’air, lentement, et attendit quelques secondes avant de pousser un bref soupir. Il écarta les doigts, laissa la cigarette tomber au sol et écrasa machinalement le mégot du pied. Il releva ensuite la tête, l’air éternellement blasé, ennuyé, et se décolla du mur avec indolence. Il glissa les mains dans les poches de son jeans élimé, et leva les yeux sur le bâtiment. L’orphelinat. Oh, il n’avait aucune raison de venir ici, jamais. Les mômes, il les côtoyait déjà suffisamment à l’Académie. Mais il y avait tout cette histoire. Cette réunion à la Jewel’s house avec tout le gratin plus ou moins efficace de la Résistance, l’ambiance de deuil comme un 11 septembre, le speech à l’américaine pour influer du courage aux troupes et relancer l’intrigue avec un nouveau rebondissement dans l’histoire des désastreuses aventures waterieniennes... Hunter s’était déjà demandé ce qu’il foutait ici, à ce moment là. Adossé à un mur de l’immense salon, à côté d’une étagère, il avait passé le plus clair de son temps à regarder par la fenêtre, ne rêvant que d’une clope pour échapper à toute cette morosité. Mais ils avaient un travail à accomplir, eux, fidèles rebelles. Il avait posé un moment son regard inexpressif sur le chef de la Résistance, Jewel, avait détaillé cette stature loin d’être imposante, ce visage blafard, cette tête d’ange innocent, ces yeux qui connotaient pourtant une grande force, un charisme certain. Ok, Gabriel, chéri, on va aller le récupérer, ton fameux document secret qu’il faut à tout prix récupérer pour une obscure raison. On va le faire, parce qu’on n’a rien de mieux à faire. Hunter ne comptait pas se démener pour trouver la boîte de Pandore, non. Il chercherait, certes, mais il n’allait pas non plus s’y donner corps et âme. Franchement, il n’en avait pas envie.

    Néanmoins, il avait eu un éclair de génie qui allait peut-être changer la donne. Lorsqu’il était censé surveiller les gosses à l’Académie, il allait souvent se réfugier à la bibliothèque pour déserter. Et il avait pas mal potassé de bouquins de toutes sortes, depuis son arrivée à Waterin. Il y en avait un en particuliers, dont il s’était souvenu alors qu’il allumait une clope en pleine rue, sous le ciel grisonnant. Avec des cartes, de nombreuses cartes ; maisons, rues, souterrains, espaces de l’île, tout y était représenté - du peu qu’il s’en souvenait, en tous cas. Il fallait chercher dans le coin des souterrains, s’il avait bien compris, non ? Alors il fallait trouver une entrée. Et pour cela, rien de mieux que lire une carte. Ainsi, Hunter s’était rendu à l’Académie, où il travaillait - où il était censé travailler disons plutôt. Il avait pris le temps, mais il avait fini par retrouver ce fameux bouquin. Bon, peut-être qu’il aurait été plus simple d’aller chercher ça à la bibliothèque d’Yrianne, mais tant pis. Il côtoyait plus souvent la bibliothèque de l’académie, de toutes façons. Bref. Après avoir posé l’imposant volume sur une table, après avoir adressé un regard noir à une donzelle de 14 ans qui venait l’air de rien papillonner des cils près de lui, pour lui faire comprendre que non, ce n’était pas le moment -la communication, tout un truc !-, il ouvrit le bouquin et tourna les pages. Une page, deux pages, trois pages… Encore, encore, encore, et finalement, là. Voilà. Le jeune homme posa son index sur une ligne, suivit la courbe qu’elle décrivait, remonta jusqu’à… l’orphelinat. Il devait y avoir une entrée à l’orphelinat, à n’en pas douter. Bien. Ce serait donc par là qu’il essaierait d’entrer, alors. Histoire d’aller faire un tour dans quelques souterrains macabres, à l’instar du héros d’un film d’horreur au scénario lambda.

    Et le voilà qui était sur place. Il avait fini sa cigarette, adossé contre un mur, à l’extérieur. Il passa une main nonchalante dans ses cheveux à la coupe négligée, étrangement grisonnants à défaut d’être entièrement décolorés, leva le nez vers le ciel, se massa la nuque d’un geste las, retint un autre soupir et se mit en route. Il ne savait pas vraiment comment atteindre les caves du bâtiment, en fait, mais il partait du principe qu’il finirait bien par trouver. Demander sa route ? A quoi bon ? Tous les chemins menaient à Rome, après tout. Hunter déambula ainsi un moment, se plaquant instinctivement contre un mur, dans l’ombre, quand il entendait les cris ou les gloussements d’un gosse - non pas parce qu’il ne voulait pas qu’on sache qu’il était là, mais tout simplement parce que les mômes étaient une espèce fourbe et dangereuse, l’air de rien. Et finalement, il trouva son chemin. Il s’enfonça donc dans les fondations de l’orphelinat, sans savoir ce qui pouvait bien l’attendre en bas. L’air était frais, mais il portait sa veste en cuir - l’éternelle. Le bruit de ses pas résonnait contre les murs froids, comme une présence rassurante et inquiétante à la fois. Il balada son regard autour de lui, à la recherche d’un passage, de quelque chose, de n’importe quoi. Un mouvement attira son attention, et il se figea pour faire taire ses pas. Deux personnes. Une grande, une petite. Et ce truc dans le dos du grand… Putain, une épée. Ouais, bon. S’ils étaient des Partisans avides de se faire un Résistant, Hunter aurait toujours sa main revolver pour se défendre, va. Il n’était pas complètement démuni. Et puis de toutes façons… Non, ce n’était pas des Partisans. Ces deux personnes, il les connaissait ; et il se remit en mouvement, pour s’approcher.

    Misaki Kurohana. Seconde la Résistance, petite fleur épanouie ; une gamine. Les mômes, il y en avait pas mal dans le rang des Opposants. Souvent, vaguement, Hunter se demandait à quoi rimait tout ça. Non mais franchement… S’ils étaient en guerre, à quoi bon enrôler des gosses à leur cause ? Ils étaient désespérés à ce point ? M’enfin, ne pas chercher. De toutes évidences, Gabriel Jewel et Misaki Kurohana avaient quelques affinités évidentes ; ceci expliquait cela. Et si la gamine ne payait pas de mine, Hunter devait lui reconnaître une chose : dans ses yeux brûlait la flamme ardente du courage et de la volonté. Ce qui pouvait faire toute la différence.

    Damon Claymore. Le garde du corps. Le grand taciturne, le mec au katana qu’il valait mieux avoir dans son camp que dans l’adverse. D’une redoutable efficacité en matière de combat, de ce que Hunter en avait pu entendre ou, plus rare, voir. Parce que ce Damon était un solitaire. Un peu comme lui l’était également. Sauf qu’il y avait la même rage que Misaki qui brûlait dans ses yeux ; et cette lueur là, Hunter ne pouvait pas se targuer de l’avoir.

    Un duo certes atypique. Mais probablement efficace. Hunter ne ralentit le pas qu’une fois qu’il fut arrivé à leurs côtés, éternellement nonchalant et ennuyé. Ce qu’il faisait là ? Il posa les yeux sur Damon en haussant légèrement un sourcil. Il cueillait des champignons, voyons. Oui bon d’accord, peu importe. Le jeune homme tourna la tête et posa les yeux sur l’espèce de passage plongé dans l’obscurité, juste devant eux. Probablement l’entrée qu’ils cherchaient tous. Hunter se pencha légèrement en avant, posa une main sur le bord froid, senti un courant d’air chaud lui chatouiller la peau. Hm. Etrange. Il se redressa, se dit machinalement qu’il avait bien envie d’une clope, là, tout de suite, balaya la pensée parasite et se tourna vers les deux autres, le colosse et la gamine. Imperturbable, il leva la main pour désigner le passage du doigt, haussant à peine un sourcil interrogateur.

    « J’imagine que c’est par là qu’il faut aller ?... »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eressëa S. Hravan


avatar


Messages : 101
Expérience : 39
Magie : Je suis dans ton ombre ♥️.
Localisation : Qui sait ? ~
Occupations : Chaparder, détrousser, tromper, faire chanter, abuser...
Humeur : Qui vivra verra ♫ !


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Ven 22 Oct - 11:58

Que dire… ? Il n’y avait rien à dire, absolument RIEN ! La pensée dépassait largement tous les mots connus, mais l’ont pouvait tout de même tenter d’imaginer le ressenti d’Eressëa S. Hravan en mentionnant l’ « exaspération », la « profonde lassitude », la « rancœur amère » etc. Elle s’était encore mise en danger. Pour changer. Franchement, pourquoi n’allait-elle pas à un karaoké, ou bien à un bowling ? Pourquoi n’allait-elle pas faire comme toutes les gamines et passer une « soirée pyjama » avec une de ses copines, hein ? D’accord, elle avait sans doute dépassé l’âge des soirées pyjamas… Mais qu’elle aille donc se bourrer la frimousse, fumer quelques petites choses pas nettes, bécoter un garçon louche ou n’importe quoi de NORMAL !! Mais non, non ça, la demoiselle ne savait pas faire, non môssieur ! Non, non, il fallait qu’elle décide d’aller affronter l’armada de Sund sur un jeu de vitesse, il fallait qu’elle s’accole à un boulot fichtrement dangereux, il fallait qu’elle décide d’aller s’enterrer dans un labyrinthe sous-terrain pour défier un dictateur sanguinaire qui calcinait ses opposants sans trop réfléchir au pourquoi du comment d’une quelconque résistance ! POURQUOI avait-il fallu cette gosse ne soit PAS normale ? Hein ? Damnée promesse !

C’est ainsi qu’Eres avait été tiré de sa soirée. Une soirée toute bête entre complices qui s’ennuient, dans les ruelles trop sombres de la ville. Là-bas, il y avait toujours des défis à relever, des jeux malsains ou dangereux à expérimenter, des nouveaux à bizuter, des bouteilles à tiser, des poudres à priser, des filles à contenter et surtout, des plans machiavéliquement utopiques à échafauder. Et la soirée ne s’annonçait vraiment pas trop mal : la crapule avait retrouvé trois bons amis à lui, dont une tout à fait charmante voleuse du nom d’Aryanna, et tous les quatre s’amusaient déjà à préparer un hypothétique mauvais coup à jouer à un rustre -plutôt riche, le con- qui avait osé dédaigner la jeune femme… Un truc bien puérile et marrant qui remplirait un moment leurs poches, quoi. Et truffé de paris, avec ça.

Mais non. Tom-pouce -comme Eres l’appelait- était arrivé, essoufflé. En échange de quelques pièces, le gamin surveillait pour lui la résistance quand la fripouille était trop loin pour le faire. Ravi à l’idée d’avoir une prime, Tom-pouce s’était mis à piailler comme un moineau d’un jour ! Alors un truc énorme se préparait, alors on cherchait quelque chose dans tout Waterin, alors la résistance s’était réunie et dispersée dans tous les coins de l’île, alors, à ce qu’il avait entendu, une réciproque de la part des Partisans était fort possible, alors c’était dangereux, excitant et potentiellement les prémices d’une future grosse démonstration de pouvoir. Avec une taloche un peu trop brusque derrière la tête, Tom s’était finalement tu et avec une jolie pièce dorée, il avait décampé. Eres s’était attardé un moment, instaurant une excuse rapide, simple et efficace pour expliquer son départ. Il ne voulait pas trop éveiller les soupçons. Si jamais quelqu’un décidait de le filer et lui découvrait un quelconque lien avec une petite fille aux yeux d’acajou, on ne se priverait surement pas pour l’utiliser contre lui. Les amis, dans ce milieu, les vrais, c’était assez rare…

Bref, une fois loin de l’agitation noirâtre des lieux, il s’était fondu dans les ombres pour détaler vers son grain de sel maudit. Sur le chemin, il s’était mis à réfléchir à toute vitesse : le temps qu’il puisse s’esquiver, la réunion rapportée par Tom devait être finie depuis belle lurette. Apparemment la Résistance cherchait quelque chose, et il était fort probable que les fidèles de Sund feraient de même… Mais que cherchaient-ils ? Un truc gros ? Petit ? Aquatique ? Sylvestre ? Fait par l’homme ? Vivant ? Inerte ? Pas moyen de retrouver Misaki avec si peu d’éléments, et partir la chercher en comptant sur le hasard était on ne peut plus stupide, il fallait faire un crochet vers la demeure Jewel.

Eres se faufila jusque sur les lieux et tenta de repérer des Résistants retardataires. Evidemment, ils n’étaient pas restés sur les lieux… Le pub à quelques rues de là, peut-être ? Ah oui. Penché sur une carte tout au fond de la salle, ils complotaient à trois… Suffisamment discrètement pour ne pas éveiller les soupçons mais pas assez pour tromper un voleur rôdé aux faux-semblants. Ledit voleur ne s’embarrassa pas de manières et se posa tout simplement sur une chaise libre à côté des opposants, camouflé par son pouvoir rendu puissant par la pénombre des lieux. A peine cinq minutes plus tard, il avait assemblé suffisamment d’indices pour reconstruire le puzzle : le quelque chose était un document qui, entre de bonnes mains, ennuierait profondément le dictateur bien-aimé.
Un truc petit, donc, un rouleau de parchemin sans doute ? Où Eres cacherait-il un rouleau de parchemin ? Au milieu de millier d’autres, dans une bibliothèque. Alors ? La bibliothèque… d’Yrianne ? Mystérieuse, immense et à moitié souterraine, Eres le savait. Parfaite pour une chasse au trésor.



Les souterrains, ça le connaissait. Tous les malfrats de la ville connaissaient les entrées du labyrinthe sous la cité, lieu de prédilection de beaucoup de trafics ou jeux interdits. Et il n’y avait pas si longtemps que cela, Eres excellait dans ces sombres domaines… Que ce soit la ville sur ou sous la surface, il la connaissait comme sa poche et c’est pourquoi il savait qu’une entrée se trouvait dans l’orphelinat. Une des premières entrées qu’il avait trouvées d’ailleurs, du temps de son enfance. La gamine qui n’avait connu que les combles du bâtiment irait sans aucun doute là-bas.

La réflexion s’étant faite aussi naturellement que le cours d’un torrent, c’est à peine quelques secondes plus tard qu’il ressortait de l’établissement pour se diriger vers le pensionnat Lowy. Et il les trouva. Le petit bout de rien du tout à côté d’un véritable molosse qu’il crut reconnaitre : n’était-ce pas l’homme que Misaki avait courut rejoindre, le jour du bal d’halloween ? Si, sans ambigüités : avec une carrure pareille… Eres poussa un profond soupir de soulagement : non seulement il avait réussi à retrouver sa casse-pied sans trop de difficultés, mais en plus elle était plutôt bien gardée. Peut-être que ce serait une soirée juste ennuyeuse et tranquille où il se contenterait de suivre sans être vu ? L’espoir fait vivre, mon chou, mais n’y crois pas trop fort…

Alors que la fripouille commençait à filer l’étrange duo, le gorille se retourna. Une fois. Sur ses gardes. Merde… Il était compétent en plus… Qui c’était, ce type ? Eres commençait à croire à une simple coïncidence, mais le guerrier se mit un peu plus sur la défensive, et à nouveau, jeta un coup d’œil en arrière. Il l’avait senti. Il avait du flair… Tant pis, Eres n’avait aucune envie de se joindre officiellement à cette belle bande de déluré. Forçant sur la discrétion, il emprunta des couloirs mille et une fois arpentés, descendit des escaliers plus familiers qu’il n’aurait voulu le dire et… Entendit quelqu’un derrière lui. Le molosse aussi. Presque machinalement, avec la grâce de l’expérience, Eres s’écarta du chemin du nouveau venu, le laissa passer, se glissa dans son dos et se tint ainsi, prêt à intervenir.

Le coffre blindé sur patte aussi. Pourtant, cette brève montée de tension fut vaine : ce n’était que Hunter. Hunter O’Connor. Enfin, « que », c'est-à-dire qu’il n’était pas un ennemi potentiel, normalement. Mais comme rien ne semblait normal, par ici…

Un bref échange, et la mission reprit son cours…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Kurohana

The Puppet.

avatar


Messages : 197
Expérience : 22
Magie : ♦️ Eléments ♦️ Eau, Vent.
♦️ Prédisposition ♦️ Empathie, Prescience, Chance.
♦️ Don ♦️ Annulation.
Localisation : ♦ Jamais bien loin de Gabriel.
Occupations : ♦ Etudiante à l'Académie, Résitance.
Humeur : ♦ Légère, la plupart du temps.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Dim 14 Nov - 22:00

    Bien joué, Hunter.
    Misaki le darda d’une œillade peu amène. Qu’il s’incrustât, elle n’y voyait pas tellement de problème, mais arriver ainsi, sans prévenir, était plutôt déplacé. Eh, quoi ! Il s’agissait d’une mission de la plus haute importance, les ennemis pouvaient les surprendre n’importe quand ! Alors, c’était plus fort qu’elle : son cœur c’était légèrement emballé à l’approche d’Hunter, avant qu’elle ne le reconnût. En cela, elle le détestait. Enfin, il était bien connu que Misaki ne pouvait pas détester quelqu’un bien longtemps.

    Elle leva les yeux au ciel pour toute réponse, et s’engagea dans le tunnel la première, s’attendant à tout moment à se faire réprimander par Damon pour son initiative. Malheureusement pour lui, elle était parée à répondre en cas de protestation : elle devait économiser son don ! Or, quoi de mieux que l’annulation à faible portée pour désactiver tous les pièges magiques qui pouvaient les attendre ? De plus, elle jouissait aussi de la chance de la déesse Lyhla. Si elle restait un tant soit peu prudente, elle ne risquait pas grand-chose. Après tout, Gabriel avait veillé à la sécurité de tous…
    D’un pas déterminé elle pénétra dans les ténèbres inquiétantes des souterrains, quittant ainsi la rassurante bâtisse de l’orphelinat. Après quelques mètres, elle se sentait beaucoup moins maligne. Un courant d’air chaud aux senteurs d’eau croupie lui parvenait, désagréable. Il s’intensifiait, comme un avertissement. Heureusement, il s’avéra que le passage s’élargissait, ainsi Damon pouvait se placer à ses côtés, légèrement en avant pour ne pas gêner ses mouvements en cas d’urgence. Voilà qui était bien rassurant, de même que de savoir Hunter tout près derrière, son pas régulier. Puisant dans ses réserves de concentration, elle continua à avancer avec prudence, distinguant chacun de leur virage, reformant mentalement les plans qu’elle avait consciencieusement étudiés.

    Le pavé à leurs pieds devint glissant. Intriguée, la jeune fille s’arrêta, se pencha sa lampe de poche en main, pour découvrir une étrange mousse violette, qu’elle se garda bien de toucher. Poison ? Elle haussa les épaules, poursuivit son chemin. Ses pensée voguèrent quelque peu, diffuses, en quête de plus de sécurité, peut être. Elle pensa à Eres, intriguant et jovial. Charmant et joueur. Du moins, avec elle. Elle se demanda un instant si elle le rencontrerait en ces lieux. Elle peinait à l’imaginer dans un environnement aussi sombre… Si elle savait combien elle était loin du compte ! Le seul point sur lequel elle ne se trompait pas, c’était sa neutralité. En cela, au moins, elle avait saisit une parcelle de la personnalité de cet étrange personnage.

    Parler était inutile, ne servirait qu’à les faire remarquer, alors, seuls le bruit discrets de leurs pas se faisaient entendre, réguliers. L’adolescente constata avec dépit que c’était bien elle la plus bruyante du trio, si bien qu’elle s’appliqua à poser son pied plus délicatement. Peut être qu’elle n’avait pas les chaussures adaptées, aussi, la semelle trop rigide. Pourtant, elle avait pris soin de sélectionner une tenue adaptée. Un pantalon sombre souple, des bottes de cuir, un pull et un manteau relativement imperméable et une écharpe, rien qui ne pût entraver ses mouvements si le besoin de fuir se faisait sentir. Dans son sac, le strict minimum : un peu de nourriture, de l’eau, une couverture chauffante, une trousse de secours, quelques broutilles supplémentaires de cet acabit. Bref, la jeune fille avait fait son possible pour ne pas être encombrante, quelque fût la situation. Elle marchait, sans se plaindre, sans exprimer la moindre fatigue, indiqua du doigt silencieusement la direction à prendre pour atteindre la première salle. Des heures, et aucun signe d’hostilité, d’ennemis. Quelques pièges repérés, toujours déjoués, que ce fût par l’œil averti de Damon concernant toutes mécaniques, soit par le don d’annulation de la jeune fille. Une fois, Hunter indiqua à tous qu’il pensait avoir entendu quelque chose derrière, alors que Misaki avait élargi sans champ de protection pour désamorcer un piège particulièrement fourbe. Néanmoins, aucun signe d’attaque. Étaient-ils suivis ? Cette simple idée la fit frissonner.
    Lente et silencieuse progression. Fatigante aussi. Si elle n’en disait rien, les jambes de la jeune fille étaient au supplice, tant et si bien qu’elle regrettait de ne pas s’être plus adonner au sport, auparavant. Promis, elle arrangerait ce défaut une fois de retour à la surface. Silence, calme, silence, pas, silence, silence, silence.

    Le silence l’oppressait.
    L’étouffait de trop.
    Elle voulut parler.
    Hésita.
    Ouvrit la bouche…

    Et n’en eut pas le temps, car un sinistre hurlement résonna dans toutes les cavités, la faisant sursauter. Retenant un cri d’effroi, elle plaqua ses mains sur sa bouche, la peur au ventre, ses jambes soudain capable de courir sur des kilomètres jusqu’à l’entrée, - réflexe auquel elle résista avec peine. Que lui avait-il prit, déjà, de s’engager dans une pareille cause ? Le silence revint, doucement, mais dans son esprit, le hurlement demeurait, comme s’il vrillait encore ses tympans, terriblement proche.

    Elle n’y tint plus, le murmure lui échappa, tremblant :

    « Qu’était-ce ? »

    Peu importait, dans l’immédiat, n’est-ce pas ?
    Il fallait, avant tout avancer, retrouver ce document. Il s’agissait d’une course contre la montre.
    Il fallait qu’elle se reprît ! Les Partisans pouvaient s’en emparer avant eux ! En attendant que Damon donnât le signal de départ, elle s’efforça de calmer sa respiration. Pas question de tolérer une gamine, aussi encombrante, aussi incapable ! Pour se rassurer, elle commença à élargir son champ de protection, mais réalisa soudain que se faisant, elle privait Hunter de magie. Elle leva vers lui un regard interrogatif.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon Claymore


avatar


Messages : 40
Expérience : 23
Magie : Elément : Acier.
Don : Maniement des armes.
Localisation : Essaie de me trouver, Ennemi.
Occupations : Protéger ou se battre.
Humeur : Ca dépend, t'es quoi ?


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   Lun 6 Déc - 20:01

    Contrairement à la jolie demoiselle dont il avait la vie entre les mains, Damon se complaisait tout à fait dans ce silence qui pouvait paraître oppressant. Il s’abstint de lui faire le moindre reproche quand à son initiative, bien qu’il aurait aimé découvrir qui les suivait avant de risquer d’affronter d’autres dangers inconnus. Tant pis. Il aurait également préféré qu’elle ne parte pas sans le prévenir, qu’elle attende qu’i lui dise d’avancer : mais il n’avait aucun ordre à lui donner, il le savait. Et de toutes façons, il fallait qu’elle passe devant lorsque les couloirs étaient trop étroits pour qu’ils marchent côte à côte – quoi qu’il resterait toujours un peu en arrière : ainsi, il pourrait intercepter les dangers qui pouvaient surgir derrière elle et voir venir ceux qui arrivaient devant. Cette position lui permettait de garder toujours un œil sur elle. Alors, il s’abstint du moindre commentaire. Il se glissa immédiatement derrière elle, toutefois, laissant Hunter derrière lui les suivre comme il semblait lui chanter : ce n’était pas vraiment un problème de confiance envers Hunter, qui, le garde du corps en était persuadé, ne pouvait être un envoyé de Sund parmi les membres de la Résistance. Seulement, c’était à lui de protéger Misaki, à lui seul. Il ne connaissait pas les capacités d’Hunter. Et même s’il était un mage exceptionnel – auquel cas il devait dissimuler son potentiel puisque Damon, que l’armée avait formé pour avoir une certaine perception des potentiels puissants, ne lui sentait rien de particulier émanant du tireur – il était hors de question de lui accorder une confiance suffisante pour lui confier sa mission. Damon, en dépit de tous ses défauts, n’était pas un lâche : certes, devoir protéger Misaki le gênait indubitablement. Il était persuadé qu’il avancerait plus vite s’il n’avait pas à lui accorder tant d’attention, s’il avait pu faire cette mission en solitaire – et ce bien qu’il n’était pas d’une mauvaise foi suffisante pour penser que le don d’annulation de Misaki ne désamorçait pas les quelques pièges que son œil exercé ne réussissait pas à repérer. Mais il avait cette mission et s’appliquerait donc à la réaliser du mieux qu’il le pouvait : il ne savait pas si le sort de Gabriel serait efficace à cent pour cent, aussi préférait-il prendre ses propres précautions.

    Ils marchèrent longtemps, oui. Si Misaki était dérangée par le silence, Damon y était tout à son aise. D’ailleurs, comment parler de silence alors qu’il entendait les pas réguliers, les souffles de ses compagnons ? Qu’il entendait parfois quelques bestioles, rongeurs ou insectes, ramper quelque part ? Qu’il entendait quelque chose, derrière eux, qui ressemblait à des pas très légers, feutrés, une personne qui les suivait en essayant de se faire la plus discrète possible et qui réussissait plus ou moins… Sauf pour ses sens exercés. Il avait décidé de ne rien faire, de ne rien dire : juste de rester tendu, prêt à agir en cas de danger. Les raisons étaient bien simples : tout d’abord, il voulait voir si cette personne les suivait vraiment, ou si c’était juste le commencement d’une paranoïa latente. Il ya avait quelqu’un derrière eux, Damon en était convaincu : restait à voir si cette personne les suivait réellement. Oh, il ne croyait pas vraiment au hasard. Pas dans un tel contexte, pas dans un tel endroit : mais il n’avait pas le droit de négliger la moindre piste. Et puis, une fois persuadé que cette personne ne les lâcherait pas, il attendait de voir si elle était hostile, attendant juste le moment où il relâcherait sa vigilance pour passer à l’attaque, ou si elle les suivait pour un but obscur. Il ne pensait pas qu’un seul des membres de la Résistance soit capable de se dissimuler avec tant d’habileté, excepté Gabriel lui-même, qui ne participait pas à cette mission faute de pouvoir se le permettre : de toute façon, un membre de la Résistance n’aurait aucune raison de se soustraire à leur regard en connaissant plus ou moins le tempérament brûlant du garde du corps et surtout, en sachant qu’il était un homme compétent, sans même le connaître. Sa réputation existait pour tous ceux qui avaient envisagé un jour devoir recourir à ses services. Finalement, il semblait qu’ils étaient suivis par quelqu’un qui ne leur était nullement hostile : mais pourquoi ? La question demeurait pour Damon. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi une entité qui ne leur était guère hostile pouvait continuer à les pister ainsi, au risque d’être découvert – il avait apparemment été découvert par Hunter également, du moins, si celui-ci faisait le rapport avec le sérieux grave poussé à l’extrême du colosse et l’impression qu’il avait visiblement eu un court instant. Damon perdait de plus en plus patience : il avait besoin de savoir qui les suivait pour pouvoir mieux se concentrer sur les autres dangers potentiels.

    Misaki semblait aussi tendue que lui, mais il était persuadé que ce n’était pas pour les mêmes raisons. Il pensait que si elle partageait sa certitude, elle lui en aurait sûrement fait part au lieu de garder le silence. Et puis, d’un seul coup, il y eu ce cri, cette horreur pure. Un hurlement sinistre, horrible, dont l’origine ne semblait même pas humaine tant elle était monstrueuse. Qu’est ce que c’était ? La panique grimpa dans le cœur de Damon, qui se contint pourtant parfaitement et ne sembla absolument pas réagir à ce bruit soudain. Exception faite de ses sourcils qui se froncèrent un peu plus. Par contre, il remarqua les mouvements de la petite Misaki. La pauvre enfant… Elle n’avait vraiment rien à faire là, c’était désolant. Une gosse n’avait pas sa place dans une mission aussi dangereuse, aussi potentiellement traumatisante. Parfois oui, Damon se demandait pourquoi la Résistance comptait tant d’enfants, ou de personnes tout juste majeures. Mais il savait qu’ils n’avaient pas le choix, ils n’étaient déjà pas suffisamment nombreux. Et même. Il savait aussi que si on lui avait refusé l’entrée dans le mouvement sous prétexte qu’il était trop jeune, il l’aurait très mal pris. La valeur n’attendait pas le nombre d’années, pas vrai ? Les convictions des plus jeunes pouvaient être les meilleures, parfois. C’était ce qu’il pensait des plus jeunes membres de la Résistance, oui. Ils étaient peut-être même les plus valeureux : ils devaient bien savoir qu’ils avaient toute une vie devant eux, qu’il serait plus simple de fermer les yeux et de se laisser plus ou moins guider par la tyrannie sans non plus prendre le parti de Sund. Mais au lieu de cela, ils risquaient leurs vies, il se battaient pour défendre leur cause et clamer leur position. Ils n’étaient pas des lâches, ils étaient l’espoir pour lequel ils luttaient. Même si cela devait leur coûter la vie. James Catterson n’était pas bien vieux non plus, en y repensant.

    C’est avec une douceur surprenante que Damon posa l’une de ses grandes mains sur l’épaule de la frêle petite fleur – l’autre étant bien évidemment occupée à porter son épée. A première vue, il ne faisait ce geste que pour la retenir, l’empêcher d’avancer ou de reculer, bref, pour lui ordonner de ne pas bouger sans prononcer une seule parole. Mais il y avait eu ce murmure apeuré qui s’était échappé des lèvres de la fillette. Son geste n’était rien de plus qu’un geste protecteur dissimulé, une main rassurante sur l’épaule d’une petite créature à laquelle il s’attachait indubitablement sans jamais se l’avouer à soi-même. Elle avait besoin d’un soutien, sans aucun doute : et aussi inattendu que cela paraisse, elle pourrait tout à fait le trouver auprès de lui. Même s’il n’était pas des plus adroits, même s’il préférait conserver son image de brute, il restait un roc auquel on pouvait s’attacher sans risques parmi les pires tempêtes. Il se pencha vers elle, légèrement, pour souffler, froid, à son oreille, ces trois mots :

    « Ne bouge pas. »

    Et puis il se redressa. Il garda un instant sa main sur l’épaule de la gamine alors même qu’il se retournait. Et puis, en garde, il n’hésita pas à parler plus fort à l’adresse de l’ombre qui l’agaçait particulièrement depuis le début de la mission, regardant plus ou moins dans sa direction.

    « … Je sais que tu nous suis. Montre-toi, puisque tu ne sembles pas hostile. »

    Le sous-entendu était grand : si jamais il ne se montrait pas, Damon attaquerait. Il était capable de se battre contre une ombre, oui. Même si ça ne serait pas facile. Il jeta un coup d’œil à Hunter : il espérait bien que, si la situation dégénèrerait, il pourrait s’occuper de protéger Misaki à sa place. Damon ne tenait pas à écarter le moindre danger, même si cela devait leur faire perdre du temps : le document était important, certes, mais leur sécurité l’était bien plus. Gabriel l’avait dit, et Damon savait très bien que sa mission première était ici protéger Misaki, pas retrouver ce maudit document : le chef de la Résistance savait qu’il aurait mieux travaillé seul, s’il comptait plus à ce document qu’à la survie de Misaki. Son attention toute entière, après ce regard vers Hunter, était focalisée sur l’ombre : allait-il se montrer ? Le colosse devrait-il le débusquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue - Première étape - Misaki & Damon / Eres & Hunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► Waterin ◄ :: ► Waterin ◄ :: 
► La Ville ◄
Sund vous observe.
 :: ► Bibliothèque d'Yriane ◄ :: ► Souterrain ◄
-