Vous voici à la merci du Tyran...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Uen


avatar


Messages : 4
Expérience : 0
Localisation : ~ Sur mon île natale.
Occupations : ~ Déesse de la Justice.
Humeur : ~ Impartiale.


MessageSujet: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   Dim 19 Sep - 15:02

    Chers membres, voici votre équipe, pour le moment du moins. Seuls les personnages participant à l’intrigue ont désormais accès à ce nouveau lieu : les souterrains. Préparez vous à déambuler dans ce dédale sombre et dangereux, à affronter diverses créatures… Sans compter tous les sorts, et tous les pièges dont vous serez victimes…. Trouverez-vous les antidotes à temps ? Les secrets des divers mécanismes ? Et si jamais vous tombiez sur des individus du camp opposé ? Ahah ! Mais votre Maître à tous veille… Sachez que Gabriel a enveloppé d’un sort les membres de ses chers Résistants : ils ne pourront être tués ou gravement blessés par un Partisan. Quant à Sund, sachez qu’il procédé à l’identique pour ses chers Partisans. Amusant, n’est-ce pas ?
    Oh, évidemment, nous avons un neutre, parmi nous. Le seul qui pourra à la fois tuer et être tué…


    C'est le Maître, qui a décidé de cette équipe. Lentement, Sund s'est retourné vers Chazera. Chazera, si souvent ignorée, si peu remerciée. Chazera si dévouée, si névrosée. Il faut quelqu'un de confiance, pour protéger la petite Starfield, n'est-ce pas ? Est-ce sage, Sund ? Est-ce sage de laisser un agneau avec un loup ? Il se penche vers cet animal farouche, susurre à quel point il compte sur elle pour cette mission. La complimente. La manipule ? Elle serait récompensée pour ses efforts... Sauf s'il arrivait quelque chose à Einleen. Dans ce cas... Elle le regretterait. De toute façon, il s'agit d'un ordre, pas d'un service. Elle ne peut qu'obéir.

    Et c'est ainsi que les deux jeunes femmes trouvent une entrée vers les souterrains, quelque part aux alentours de la bibliothèque, et qu'elles s'engagent munies d'une torche dans les sombres corridors poussiéreux aux murs de pierres froides...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazera Ohnelli


avatar


Messages : 129
Expérience : 33
Magie : Change-forme ~ curieux ?
Localisation : Au mauvais endroit au mauvais moment - pour vous.
Occupations : Ta mère a disparu depuis quelques jours, tu disais..?
Humeur : Instable, si on veut.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   Lun 27 Sep - 4:53

    Qui aurait cru un jour qu'il y aurait endroit plus sordide que Chazera Ohnelli elle-même. Et cette situation, en plus d'être extrêmement délicate vue objectivement, était d'un ridicule exaspérant. Si ce n'était de sa vue nocturne hautement supérieure aux bipèdes humanoïdes, on y verrait rien. Sérieusement. Les merveilleuses volutes d'odeur y planant étaient pour le moins atroces; l'odorat lui-même s'en trouvait offusqué et semblait vouloir bloquer les voies nasales pour s'en sortir indemne au possible. Ainsi, son pif était détrempé à cause de l'insupportable puanteur. Un point de plus vers la frustration. L'espace ! Oh, il était plutôt exigu en soi; les murs peu larges, le plafond vouté et irrégulier, ce qui devait importuner le bipède humanoïde présent. Au moins, il y avait une certain satisfaction quelque part. N'empêche qu'elle ne pouvait soustraire ses sens à cette horrible torture que lui faisait subir cet espèce de roi ingrat qui avait eu le culot de venir la chercher. Elle avait tenté la forme féline; les coussinets en avaient trop souffert – le pavé en pleine détérioration qu'elles dérangeaient bien à l'évidence se vengeait sur ses petites pattes sensibles. La belette, quant-à elle, avait été extraordinaire pour la vue; nocturne à souhait, rien de mieux. Même la crasse des petits recoins était visible; quelle abomination vit-elle alors. Mais ce fut la fétidité environnante qui eut raison d'elle; inutile d'endurer de telles horreurs odorantes, cela la rendrait encore plus exécrable. Puis la chouette et le corbeau pour qui l'odorat ni la vue n'était pas un très gros problème. Bien, parfait, jusqu'ici. Mais encore ? Où trouvez-vous l'espace pour voler sans avoir à battre frénétiquement des ailes, faute de courant d'air ? Pas question de se percher sur la biche, question de fierté. Et sous forme lapine, la dame tout près avait manqué de lui piler dessus quelques fois. Non, merci. Ainsi se replia-t-elle sur la louve, échine hérissée et tête basse de manière bien menaçante.

    Outre les souterrains miteux et peu joviaux, deux autres choses lui déplaisaient – normalement, les gens ne tiennent pas à déplaire à la princesse Ohnelli. Mais qui, dans un absolu égocentrisme, s'en occuperait s'il possédait cet irrespirable Potentiel d'Absolution caractérisant l'aura de la crapule qui ordonna plus qu'il implora son aide. On peut être révolté et avoir toute sa tête, vous savez... ne pas l'avoir, elle l'aurait envoyé paître. Et à y repenser, ça aurait peut-être été plus intéressant que d'accepter. Retrouver quelque chose de... compromettant. Y avait-il quelque chose de compromettant à son sujet à elle, dites ? Non, parce que elle, elle n'avait pas honte de ses actes. Mais lui devait jouer en-dessous de la table, les mains dans les poches et le regard innocent. Le regard innocent... c'est relatif; le pauvre bougre avait tellement honte de sa tronche qu'il n'osait même pas faire une apparition publique sans cagoule ni masque. Jewel, au moins, lui, se montrait. Même si son joli petit cou pouvait en subir les conséquences. De quoi l'autre pouilleux de Sund avait-il peur, au juste ? L'Absolution ! Elle la misérable petite change-forme sans aucun mystère – encore drôle – ne se laissait pas piler sur les pieds, alors l'Absolution ? Et merde, il les tenait tous en haleine. Très peu pour elle. Préférerait encore partager la couche d'un Opposant. Même celle de ce brunet à la tête de tout le trouble – quel coup d'éclat délectable ce serait ! Mais elle serait probablement contrainte de quitter l'île par la suite. Vendre son inestimable empire, repartir à zéro et refaire des traumatisés partout ailleurs dans le monde, toujours étendue sur un immense amoncellement de billets. Car elle ne dépensait pas beaucoup. Option à reconsidérer. Idée de génie, à vrai dire...
    Mise à part cela, Sund était un crétin de la pire espèce mais à cause de son pouvoir sans faille ni limite octroyé par Dieu Unla le père qui à l'évidence a négligé la pauvre petite Chazera celle-ci avait bien voulu se lancer à la recherche du petit papier contenant peut-être un mot d'amour de la petite voisine mais monsieur Sund avait refusé de le montrer à ses petits copains de classe alors pour sa sécurité il a décidé de le cacher mais un de ses petits copains s'est mis à sa recherche alors le petit Sund veut le retrouver le premier pour ne pas voir sa réputation de fier à bras ternie. Sérieusement, cet ermite, des copains ? Vous voulez rire.
    On est jamais assez excentrique, dans la tête de Chazera.

    Elle le détestait, tant pis pour lui. Vermine.

    Mais Chazera ne le détestait pas seulement par jalousie, convoitise, orgueil mal placé, rancune ou tout bonnement folie; aussi pour la forcer à coaliser avec ça. Oui, ça. Encore elle. Encore. Encore !!! Quoi, y'a personne d'autre sur cette maudite île ? Voilà le seul problème de l'endroit : toujours et encore les mêmes jouets. On aura beau posséder tous les Un présents sur ce satané ramassis de terre, les gens copuleront pas plus; toujours et encore le même monde. Et en plus, elle était certaine qu'il l'avait fait exprès. Ça ne pouvait en être autrement. Le hasard, ça n'existe pas dans son monde. Raison de plus pour abhorrer Sund. Va falloir dresser une liste, on va s'y perdre un jour ou l'autre.

    Einleen Starfield. Vous pouvez le croire ? Chazera avait une habitude bien à elle. Si vous avez évité la boucherie une fois, vous êtes en droit de l'éviter plus de trois cent soixante-cinq fois par année sans qu'elle ne décide que c'est votre tour. Ha-bi-tude, pas principe, compris ? Et il avait fallu qu'on la force à faire équipe à la plus ennuyante de ceux à qui elle avait offert le prestigieux privilège. Pourquoi pas quelqu'un de plus excitant ? Comme Hravan, hein ? Lui, il était marrant. Elle, elle tremblait dans ses jupons à chaque fois qu'elle grondait. Pathétique.

    Alors, voici le tableau en résumé : Chazera Ohnelli marchait au côté de la très peu espérée Starfield à cause du très peu apprécié Sund sous la forme momentanément très inconfortable de louve. Une louve exécrable, le regard agressif et un peu absent. Et elle ne lui avait pas adressé un seul mot, sauf un grondement désapprobateur en la voyant arriver. Puis elle s'enfuit immédiatement sous le mutisme canin de sa transformation. Au moins, ça fonctionnait. Jusqu'ici. Pour couronner le tout, dans des tunnels pestilentiels.
    Manquait plus qu'une chose : une indication
    prenez garde au chien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Einleen Starfield

Chanteuse à l'Auberge Ahea.

avatar


Messages : 21
Expérience : 4
Magie : Elément du Vent. Einleen peut tuer d'un seul regard.
Localisation : Aux côtés de Sund, contre sa volonté.
Occupations : Vagabonder, chanter, fuir.
Humeur : Paisible ou désespérée.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   Lun 27 Sep - 11:43

    Courage.

    C’était le mot que se répétait sans cesse la petite Einleen, bien changée depuis peu. Courage, courage, courage. Les lieux inhospitaliers ne devaient pas l’arrêter… Forcée de se joindre à cette mission – maigre tribut pour payer la dette de sa mère envers Sund – elle s’était retrouvée avec pour toute protection cette chère change-forme, qui ne tarderait pas à lui faire des misères. Enfin, pour l’instant, la louve se taisait, semblant l’ignorer, et tant mieux. Qu’elle ruminât sans son coin permettait a la jeune fille de se concentrer sur ce qui l’attendait, de se préparer psychologiquement à toutes les éventualités. Mais déjà, il lui fallait s’accoutumer à l’obscurité ambiante, avancé à tâtons, levant une main au dessus de sa tête pour pouvoir se baisser aux moments requis. Exigu, l’espace offert demeurait changeant, la cavité pleine de pièges, bien que naturels. Ein’ savait qu’elle ne devait pas faire un seul faux pas. Auquel cas, elle deviendrait un handicap pour l’Ohnelli – plus qu’elle ne l’était déjà – et se verrait privée de tout pouvoir de décision sur cette expédition. Qui plus était, elle n’avait aucune envie de dépendre de la cruelle change-forme, préférant de loin pouvoir fuir si les circonstances l’obligeaient.

    Peu à peu, elle distinguait mieux son environnement. Ses prunelles s’habituaient à l’obscurité, de façon fort surprenante. Jamais Einleen ne s’était retrouvée plongée dans le noir complet, ou alors, cela remontait à trop longtemps pour qu’elle pût s’en souvenir. Les volets de sa grande fenêtre de sa chambre, au château, restaient constamment ouverts, si bien qu’un peu de lumière filtrait toujours. Même lors des nuits les plus sombres, l’éclairage de la ville, au loin, parvenait jusqu’à elle, diffuse et rassurante. En cet instant, si Chazera se retournait, elle verrait alors que les prunelles de la jeune fille luisaient d’une façon singulière… Finalement, son pouvoir ne consistait pas seulement à tuer. Il avait une autre utilité, bien que mineure. Qui sait, peut être que d’autres lui seraient révélés.

    Elle pût alors contempler dans l’obscurité le pavé, irrégulier, et parfois même, saccagé par Syeen savait quelles créatures qui se tapissaient dans les souterrains. Elle guettait un embranchement, un indice, prenait garde à la moindre pierre suspecte pour ne pas déclencher un piège sur elle. Il serait vraiment stupide de se retrouvée empalée au fond d’un précipice ou réduite en bouillie par un effondrement. C’était d’ailleurs, dans ces moments de contemplation intense, d’une pierre, d’un pavé qui lui inspiraient une crainte certaine qu’elle en oubliait Chazera et manquait de lui marcher dessus. Un lapin, quelle idée ! Enfin, heureusement, celle-ci opta pour sa forme lupine, bien plus effrayante, mais aussi quelque peu rassurante. D’ailleurs, l’Ohnelli avait plusieurs fois changée de forme, si bien que cela poussa la Starfield à réfléchir quelque peu. L’odeur, sous forme animale, devait être absolument atroce. Déjà, la jeune fille se voyait fortement incommodée malgré le foulard parfumé enroulé sur son nez et sa bouche. Elle n’osait même pas imaginer ce que cela pouvait être pour Chazera ! Les loups avaient un odorat plus développé, non ? Pourquoi ne prenait-elle pas une apparence de volatile ? Cela lui semblait tellement plus logique… Quoique voler dans un espace aussi restreint devait être une épreuve des plus éreintantes. Einleen secoua la tête. Après tout, Chazera faisait comme elle le souhaitait, question d’orgueil, peut être ?

    Elle posa son regard sur l’échine de la louve, songeuse. Vraiment, elle se demandait ce que Sund avait derrière la tête. Testait-il la change-forme ? Voulait-il connaître les limites de sa fidélité ? L’enjeu était plutôt amusant, en l’occurrence, et une fois la jeune fille éliminée, se serait la fin de la lignée Starfield, menace pour le suzerain en vue de son pouvoir singulier. Einleen avait pensé, plusieurs fois, à demander sa libération, en échange de son don. Une telle opération s’avérait dangereuse pour elle. Et pour le coup, elle se trouverait vraiment sans défense. Si elle survivait, peut-être serait-elle aveugle… Cette simple idée la rendit mal à l’aise. Quelle machination se tramait derrière cette association loufoque ? Confier un agneau au loup… Voilà une idée bien saugrenue. À moins qu’in ne s’agît d’un jeu. D’un jeu sordide et sanglant, où l’agneau détient une arme secrète et où le loup ne tue pas pour se nourrir, mais par pure désir du massacre.

    La marche s’éternisait.
    Aucun moyen de savoir depuis combien de temps elles descendaient en silence, ainsi privées de la lumière diurne. Seul l’air pouvait être un indicateur, car plus elles s’enfonçaient dans les souterrains, plus elles il était humide et nauséabond. Comment diable un manuscrit pouvait-il être conservé dans un endroit pareil ? Les pages auraient vite fait de jaunir, de se détériorer, jusqu’à ce que l’encre s’efface et le papier devienne poussière. Qu’elle était bête : si Sund avait vraiment caché un manuscrit quelque part dans le coin, il était certainement protégé par un sort de conservation. Quoi qu’il n’avait pas dû le cacher lui-même, sinon, il saurait où il se trouvait. Einleen demeurait perplexe : ses pouvoirs grandioses ne lui permettaient-ils donc pas de régler ce genre de problèmes ? C’était tout bonnement insensé.

    Chazera s’arrêta.
    Einleen en fit de même, en relevant la tête pour essayer d’en comprendre la raison. Ce qui ne fût guère difficile, dans la mesure où elles se trouvaient dans une impasse. Descendre, des heures et des heures, tout cela pour se trouver dans un cul-de-sac ? Einleen n’en revenait pas. Surtout qu’elle n’avait vu aucun autre chemin. Résignée, sans même consulter Chazera, elle fit volte face pour revenir sur ses pas.
    Mais…
    Le dédale en décida autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uen


avatar


Messages : 4
Expérience : 0
Localisation : ~ Sur mon île natale.
Occupations : ~ Déesse de la Justice.
Humeur : ~ Impartiale.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   Lun 27 Sep - 11:50

    Et le piège se referme.
    Le mur s'abat en silence, coupant toute retraite.

    Prisonnières.
    Il n'y a pas d'issue.
    L'air finira par vous manquer.
    Et l'atmosphère fétide vous étouffe déjà.
    Vous ne disposez que de peu de temps...


    Vous entretuerez-vous ?
    Ou bien trouverez vous le mécanisme qui vous fera sortir de ce trou ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazera Ohnelli


avatar


Messages : 129
Expérience : 33
Magie : Change-forme ~ curieux ?
Localisation : Au mauvais endroit au mauvais moment - pour vous.
Occupations : Ta mère a disparu depuis quelques jours, tu disais..?
Humeur : Instable, si on veut.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   Mar 28 Sep - 4:40

    E lle était déjà ennuyée. L'impatience bouillonnait déjà au départ. C'était long, et plus elles progressaient plus le temps se faisait lent et chiant, disons-le. Une méchanceté profonde commençait à poindre dans le regard de la louve. Une honnête et sincère colère, constamment tisonnée par les conditions déplorables. Sund aurait mieux fait de l'envoyer faire une chasse à l'homme; car c'était maintenant probablement la première chose qu'elle ferait en sortant de ce trou. Chercher et trouver la tête de la cause de tout ça. La trouver et l'arracher de son trône, la faire empailler et l'empaler à l'entrée de son Domaine. La haine faisait rouler ses épaules agiles comme une sourde menace. Mais qui menacer ? La cruche d'à côté ? Il était bien trop innocente dans tous les sens du terme pour y voir clair; elle ne comprendrait pas que c'était seulement question de pouvoir supporter encore un peu l'impatience si elle l'abimait un peu. Quel intérêt.
    Alors, un pas silencieux après l'autre, la change-forme avançait. Chazera continuait, malgré tout, son instinct pourtant contre le geste. Un pressentiment la rongeait. Un violent, pas qu'un simple picotement à l'échine, non, davantage un sérieux pincement au cœur, des frissons d'appréhension, des réflexions alertes. En lâchant un autre grondement, l'Ohnelli baissa les yeux quelques instants. Une patte, l'autre patte. Gauche, droite, gauche, droite. Puis... non, obstacle. Un obstacle vertical, poussiéreux, qu'elle détesta à la seconde près. Les coussinets suspendus dans l'air, la louve figea nerveusement. Les babines légèrement retroussée, elle observa du coin de l'œil la Starfield faire demi-tour et vit toutes ses mauvaises prédictions se concrétiser. Elle cessa de marcher. Elle figea. Elle ne pouvait pas lui faire ça. Elle devait continuer. On ne peut pas cesser ainsi. On ne peut jamais arrêter. Les impasses n'existent pas.

    Elles n'existent tout simplement pas.

    D'un souffle rageur, la louve fit violemment volte-face en un mouvement d'attaque mais pas pour s'en prendre à Einleen. La créature se percuta durement le crâne contre la pierre, prise de convulsions, la patte droite griffant frénétiquement le mur. Un gémissement de douleur mêlé à un atroce grondement de haine s'échappa de sa gueule et l'animal commença à humer l'air avec ferveur. Chaque recoin y passa, et sans jamais cesser de japper ou de hurler, elle chercha désespérément une ouverture, si minime soit-elle, d'où un filet d'air pourrait provenir. Rien. Le vide. Combien de temps avaient-elles marché ? À quelle profondeur se trouvaient-elles ?
    Sans prévenir, on passa de canidé à belette, et le petit carnivore ne fut pas moins agité; animé par une évidente panique, elle labourait la terre avec énergie pour peut-être y trouver un échappatoire, le terrier d'un compatriote menant à la lumière vive, à la liberté dont elle avait si besoin. De cette ivresse inestimable dont elle s'abreuvait depuis sa toute première naissance. Et depuis n'avait pas cessé.

    On ne cesse pas ainsi.


    Puis il n'y eut plus ni fourrure ni crocs; une femme se trouvait au sol, accroupie, les mains tremblantes. Les ongles croutés de terre, l'échine courbé, la respiration bâclée.

    Car vous savez, les schizophrènes ont toujours très tendance à être claustrophobes. Et la panique y est liée, autant que l'angoisse, puis peut-être la rage.
    Chazera se redressa face au mur. Le silence était meurtrier. L'air humide et lourd, déjà appauvri en oxygène, l'espace trop petit. Plus elle inspirait, plus l'expiration était troublée, plus les tremblements s'accentuaient. On entendait plus que le sifflement derrière la respiration de l'Ohnelli, et les murs semblaient se refermer. Trouble. Noirceur. Perte. Néant, étouffement, effacement, prison. Prison. Enchaînée. Et elle tremblait. Et ses mains aux veines gonflées de panique se refermèrent sur ses tempes. Le cri déchirant qui s'échappa alors de son gosier communiqua tout l'étrange, toute la terreur qu'il avait pu avoir dans cette enfance passée. Sa liberté était réprimée. Il fallait expier. Pour les fautes, pour les meurtres, pour la luxure, pour la fierté. Paranoïa psychotique. Démence enfantine. Déchirement maladif. Le monde l'effaçait, elle, l'abomination qui s'était acceptée.

    Perdre ?

    On ne pouvait pas s'apprécier lorsque l'on est une pareille erreur. Mais non. Mais non... maman a dit je t'aime malgré tout, papa a dit ne t'en fais pas, ils sont partis parce qu'ils ne voulaient rien voir. Rien voir de sa réelle maladie, rien voir de cette divine tare. La main de Uen se posait alors sur elle ? Cette déesse qu'elle avait toujours détestée. La salope de la justice. Elle ne l'avait jamais punie pour ses péchés lorsqu'elle était jeune. Elle ne l'avait pas rendue pieuse ou n'avait racheté son âme. Maintenant c'était trop tard. Tout se refermait.

    Son regard rougeoyant de psychose se posa sur la pâle Einleen. Chazera était aveuglée, dans un tel état second que l'expression de celle-ci ne lui vint pas à l'esprit; il n'y avait là qu'une enveloppe charnelle difforme, indistincte. Des ombres se glissaient devant ses yeux, la panique la faisait hurler. Le visage crispé comme au bord des larmes, pourtant l'œil sec, elle considéra la Starfield comme si elle la voyait réellement. Connaissait-elle, au juste, les rumeurs de la schizophrénie ? Avait-elle rencontré tous ces gens qui te disaient coupables et te poussaient à l'être quand tu n'y voyais plus ? Savait-elle l'existence d'un peuple en entier profitant de la moindre brèche d'incertitude pour faire déferler leurs murmures sanglants ? Einleen Starfield savait-elle que les dieux, en fait, lui chuchotaient des obscénités depuis toute jeune ? Qu'ils la troublaient, l'infiltraient, la souillaient ? Cette pure ignorante connaissait-elle ces êtres dégueulasses qui avaient pourris l'idéal de jeune femme qu'elle avait représenté avant sa naissance ? Lui avait-on déjà retiré les yeux pour les remplacer par ceux du diable ?

    Je n'y vois plus.


    Chazera hurla de plus belle, puis décocha une gifle forte de toute son élan du revers de la main à sa vis à vis; le déséquilibre lui fit partiellement rater sa cible, mais le simple mot dû se rendre à la conscience d'Einleen.

    « TOI! »


    La schizophrène s'époumonait pour une personne au-delà d'elles. L'avait-elle seulement vu ? Non, les dieux ne toucheraient plus un seul enfant; elle s'était échappée, même si elle n'était plus qu'une plaie béante qui aspirait à en faire de même avec les autres. Il n'y avait que ces arbres pour la tenir sereine. Que ces pétales pour qu'elle recouvre la vue. Que ces couleurs pour qu'elle ne perde pas pieds. Mais le mur s'était refermé.

    Chazera s'écroula au sol, le dos à la parois irrégulière, sans pourtant en sentir l'inconfort. Ses ongles pointus avaient percé la peau de lait de ses tempes, de maigres filets de sang perlaient alors aux éraflures. La douleur physique était un sourd écho dans son trouble, rien de plus. Puis elle releva les yeux, des yeux sombres, la pupille en leur centre étant si dilatée qu'on n'en voyait plus que la noirceur.

    « Sors-moi de là ou je vous tuerai tous ! »


    Les mots résonnèrent en menace, en promesse, en supplication. Sa voie avait été rauque et aiguë, affreuse et émouvante. Elle ne savait plus. On ne pouvait plus s'y retrouver.


Ils m'ont souillée, je les entends, je ne veux plus les voir;
Aliénation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Einleen Starfield

Chanteuse à l'Auberge Ahea.

avatar


Messages : 21
Expérience : 4
Magie : Elément du Vent. Einleen peut tuer d'un seul regard.
Localisation : Aux côtés de Sund, contre sa volonté.
Occupations : Vagabonder, chanter, fuir.
Humeur : Paisible ou désespérée.


MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   Ven 19 Nov - 11:32

    Vide.
    Einleen contemplait l’acharnement de la change-forme avec la distance des personnes profondément choquée, comme séparée de son enveloppe charnelle. Figée, bras ballants, œil terne, elle se pensait perdue. La panique qui était née dans sa poitrine un peu plus tôt l’avait quittée, ou bien s’incarnait tout simplement dans l’agitation désespérée de Chazera. Peut-être que, lorsque cette dernière tentait de s’enfuir physiquement, Einleen, elle, cherchait à s’évader par la pensée, en demeurant loin de cette ambiance asphyxiante. Imaginant les prés et forêts, ciel et océans, peu importait l’immensité sauvage et naturelle tant qu’elle se trouvait dépourvue de limites. Elle aurait pu demeurait ainsi des heures durant, jouissant fictivement de l’air libre. Oui, elle aurait pu, pendant longtemps, se laisser aller à cette douce mort, détachée. Elle se serait envolée, pure, volubile, calme. Elle se serait abandonnée à cette contemplation sans fin, à cette douce léthargie, sans jamais être consciente de la faim qui tiraillerait son être, la soif qui l’assècherai et la vie qui la déserterait, lentement, sûrement.

    Ses pensées voleraient vers Damon, songeait-elle.
    Elles glisseraient sur son être, s’y accrocheraient, jusqu’à ce que son âme finît par être indissociable de sa personne. Elle se ferait bonne étoile, force tranquille à côté du géant, veillant à ce que son existence lui fût plus agréable. Pourquoi ? Certainement parce qu’il s’agissait de la seule personne qu’elle n’eut jamais apprécié. Le souvenir l’habitait, tenu et vivace à la fois. Ce verre, arraché promptement à ses mains, lors de la soirée à l’auberge, cette aura protectrice qu’elle ne pouvait que vénérer, ce regard rougeoyant, si fascinant.
    Décidément, oui.
    Son esprit irait à Damon.

    Et sa chair ?
    Le regard vide d’Einleen se posa sur Chazera, transformée et retransformée, gaspillant son énergie ô combien précieuse en actes vains et désespérés. La dévorerait-elle ? Étrangement, l’idée ne lui déplut pas outre mesure. Autant qu’elle servit à quelque chose, se disait-elle. Dans le fond, elle n’avait rien contre la meurtrière change-forme qui avait ébranlé les rangs des Résistants. Aussi animale pût-elle être, elle éprouvait une certaine admiration pour ce curieux personnage. Pour sa force, pour son côté indomptable, peut-être, un détail qui la rendait si vivante, si indépendante, malgré sa visible vénération à l’égard de Sund.

    Es-tu perdue, Chazera ?

    Gifle.
    Hurlements rageurs.

    Einleen quitta sa transe, en proie d’une inexplicable fureur. Un éclat violacé traversa ses prunelles atypiques, une veine palpitante barra son front. Le pouvoir, si longtemps contenu, fulgurant et incontrôlable se déversait dans ses veines, exquis par sa violence, par sa puissance. Un don que même Sund craignait, impitoyable et létal. Une rage dirigée vers celle qui avait osé la priver de sa somnolence apaisante. Si elle ne pouvait pas supporter la mort, si elle ne pouvait pas la regarder en face, c’était son problème, pas le sien !
    Qu’elle meurt, qu’elle meurt, et qu’elle me laisse en paix !

    Alors, alors seulement, un éclair de lucidité traversa la jeune femme, qui fit volte face. Le cœur battant la chamade, elle réalisait. Pendant quelques instants, elle s’était laissée submergée. Quelques secondes de plus, et elle aurait tué Chazera, tout simplement. Elle posa son front sur la paroi fraiche et humide, dans l’espoir de se remettre les idées en place. Le souffle court, elle se demandait si, malgré elle, tout ne lui avait pas réellement échappé. Allait-elle bien ? Ou bien le corps de la fanatique gisait-il, inerte, les yeux révulsés ? Et, même si elle ne l’avait pas tué, la douleur malsaine et poignante, avait-elle étreint chaque fibre de son corps ? Cela était fort probable ; bien trop pour qu’elle n’osât se retourner.

    Alors, si Chazera n’était pas trop terrassée par la douleur et par ses transformations successives, elle pourrait aisément saisir son cou gracile pour le rompre. Car après tout, Einleen Starfield représentait bel et bien un danger, dans les profondeurs de Waterin, où l’isolation l’incitait à perdre la tête, ou l’obscurité ne lui rappelait que trop les tristes jours de son enfance. Elle resta ainsi de longues minutes, laissant les flux dévastateurs de son don s’amoindrir, son démon la déserter, lentement. La nausée l’étourdissait, le feu de ses veines provoquait cette brûlure lancinante, ses prunelles, irradiantes prévenaient toutes larmes.

    Il fallait sortir d’ici.
    Quitter cette atmosphère d’insanes ténèbres. Absolument. Ou elles allaient y rester.
    La flamme vivace de la volonté ranima Einleen de manière pour le moins inattendue. Le découragement, le désespoir qu’elle avait éprouvé l’avait quittée, en même temps que les effets néfastes de son excès de magie. La certitude qu’elles devaient s’en sortir vivantes prit place. Cette conviction, nouvelle et clinquante l’anima soudain. Elle se redressa, se tourna, faisant fi de l’incident, toisa sa compagne d’infortune avec détermination : un regard dépourvu de crainte, d’un gris étincelant, exempt de magie.

    « Très bien. »

    De toute façon, cela allait de soi : effectivement, si elle ne rendait pas sa liberté à la change-forme aussi folle que furieuse, elle la tuerait. Et si mourir en se laissant vagabonder pouvait paraître honorable à la jeune femme, le souvenir du corps de James Catterson, déchiqueté sans pitié ne lui plaisait pas du tout. Sa chair délicate méritait un bien meilleur traitement. Alors oui, elle allait sortir d’ici. Chassant toutes pensées négatives, elle scruta de ses yeux accoutumés à l’obscurité la paroi de leur prison, tâtonnant consciencieusement cherchant la moindre faille, le moindre passage d’air. S’il n’y avait qu’un seul petit interstice, il suffirait alors de le creuser. Ou bien, de pousser Chazera à repousser ses limites pour qu’elle se transformât en cafard.
    Une idée fort plaisante, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue - Première étape - Chaz & Ein'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► Waterin ◄ :: ► Waterin ◄ :: 
► La Ville ◄
Sund vous observe.
 :: ► Bibliothèque d'Yriane ◄ :: ► Souterrain ◄
-